mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

D’une même nature humaine

Richard-Gall zen
Zen

… de la diversité des individus et de ce que, pourtant, au bout du compte, nous partageons tous les mêmes émotions, les mêmes sentiments, comme la crainte d’être rejeté, de n’être pas compris, de se voir floué par la vie… Un jour où l’autre, nous avons tous l’impression d’avoir été abandonné sur le quai de la gare.

Richard-Gall kafka
Kafka

Nous sommes, bien sûr, différents les uns des autres, mais la nature humaine est la même pour tous. Et, à quelques nuances près, nous avons connu les mêmes peurs de l’enfance, les mêmes angoisses, nous avons fait les mêmes rêves, alimenté les mêmes espoirs, connu les mêmes déceptions. Peu importe les conditions particulières de chacun, ou ses expériences. Tout compte fait, ce qui marque, c’est ce qui s’est passé au niveau de l’instinct, du cœur et de la tête. Les besoins fondamentaux sont les mêmes pour tous : la sécurité, la stimulation, l’identité. Nous avons beaucoup plus en commun que nous ne le pensons, malgré la tendance de chacun à croire qu’il est unique.

Richard-Gall devant les baux
Devant les baux

Depuis, j’ai souvent constaté à quel point le fond de la nature humaine est le même pour tous, que l’on soit riche ou pauvre. Je sais pourtant que sur ce point, celui de l’avoir, nous tenons beaucoup à cette particularité… Et pourtant, au décès de son fils, disparu dans un accident tragique, un homme de ma connaissance, puissant et fortuné, a ressenti la même détresse que tout autre père à sa place.

Richard-Gall abstrait
Abstrait

La vie entraîne tout le monde dans le même maelström. C’est la même nature humaine en chacun de nous qui est provoquée. La différence – car il y en a une tout de même –, elle se trouve dans la façon dont nous exerçons la part de liberté qui nous est dévolue.

Richard-Gall soleil d'etang
Soleil d’étang

Cette réflexion s’est imposée à moi avec force lorsque j’ai découvert l’enseignement du Bouddha, pour qui le lot commun de l’humanité se manifeste à l’occasion des quatre souffrances qui nous sont communes. La naissance est souffrance : passer de la prise en charge absolue par la mère à l’obligation de s’assumer, ce qui peut prendre des années, sans compter que certains ne parviennent jamais à composer avec la souffrance d’être en vie. La maladie est souffrance, à laquelle bien peu échappe au cours de la vie. La vieillesse est souffrance, même si, jusque-là, on n’a rien fait de sa vie et qu’on la préfère à la mort. Et, enfin, la mort – sinon l’expérience de mourir, du moins la hantise dont elle fait l’objet toute la vie…

Richard-Gall fleurs
Fleurs

À un échelon encore plus exigeant de la philosophie pérenne, on estime que la conscience est UNE. Non pas la conscience… d’être une femme, un homme, un tel ou tel autre, mais la ” conscience d’être “, ce par quoi nous participons de l’infini, de l’absolu. Il est, par définition, impossible de morceler l’infini, de cela je suis certain. La conscience est la même pour tous les êtres, et nous participons tous de la même conscience.

texte de Jacques Languirand
extrait d’une chronique parue dans le Guide Ressources,
Vol.14 , N° 7, mars 1999
source: Jacques Languirand

toutes les peintures sont de Richard Gall

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s