mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

Souvenir d’Auschwitz


photo: (inconnu)

Ce numéro de tatouage nous apprend que l’homme qui le porte est arrivé à Auschwitz le 27 août 1943 dans un convoi RSHA d’environ 1,500 personnes Juives (hommes, femmes et enfants) du ghetto de Zawierc (Pologne). Les SS ont directement envoyé la moitié de ces déportés aux chambres à gaz.


Arrivée au camp de concentration d’Auschwitz.

photo: (inconnu)

Auschwitz (au sens large: les trois camps principaux -Auschwitz Stammlager, Birkenau et Monowitz- et les sous camps) est le seul camp dans lequel le numéro du prisonnier était tatoué dans la chair. Cela s’explique par l’immensité du camp et par son objectif : la mort des prisonniers à plus ou moins brève échéance.

La décision de tatouer les prisonniers d’Auschwitz et Birkenau, qui n’a pas été décidée ni pratiquée dans d’autres camps (où les matricules attribués étaient essentiellement cousus sur les vêtements) semble avoir été prise du fait de l’immensité du camp, du grand nombre de prisonniers, mais aussi de sa considérable mortalité, en particulier à Birkenau. Cela indique à la fois comment le prisonnier ne devenait que du simple bétail que l’on marquait, mais aussi que chacun était par principe voué à une mort proche même s’il n’avait pas été directement dirigé vers une chambre à gaz. Cela montre aussi la liberté dans la gestion de leurs camps respectifs qu’avaient les commandants.


Prisonniers Juifs tatoués, après leur libération.

photo: (inconnu)

En effet, les déportés arrivant au camp qui étaient immédiatement sélectionnés pour la chambre à gaz n’étaient bien évidemment pas tatoués. Aucun numéro ne leur était attribué : ils devaient disparaître sans laisser de “trace comptabilisable”. Après avoir utilisé différentes méthodes, et après différents incidents (évasions, entre autres), il fut décidé au début de 1943 de tatouer tous les prisonniers.

Le 22 février de cette année, la Kommandantur du camp décide et informe par écrit que désormais devront être tatoués sur l’avant-bras gauche tous les détenus, hommes et femmes. Le lendemain, un transport d’environ 1,000 Juifs, hommes, femmes et enfants, arrive de Breslau. Six hommes sont sélectionnés pour entrer dans le camp et tatoués (n° 104.027 à 104.032). Tous les autres sont envoyés à la chambre à gaz…

La technique utilisée pour le tatouage des numéros sera par aiguilles, chaque chiffre étant tatoué séparément, par une série de piqures individuelles, en général en sur la face externe de l’avant-bras gauche (bien que certains prisonniers, et notamment des femmes, aient été tatoué(e)s sur la face interne). Marcel Stourdze, prisonnier n°157.242 témoigne du procédé: “Pour faire le tatouage, un porte-plume avec, au lieu d’une plume, une épingle […] Vous avez 20 trous pour faire un chiffre”.

source: sonderkommando.info

André Rogerie

photo: (inconnu)

André Rogerie est un jeune résistant qui, après avoir été emprisonné dans 6 camps de concentration différents (en 1943-1944), a été ensuite conduit à Auschwitz-Birkenau en avril 1944. Après sa libération, il témoigna de ces années dans un livre intitulé “Vivre c’est vaincre”, terminé en octobre 1945 et qui a été réédité depuis.


photo: (inconnu)

Devenu Général, André Rogerie a reçu en 1994 le prix “Mémoire de la Shoah” de la Fondation Buchmann. Le 16 janvier 2005, à l’Hôtel de Ville de Paris, à l’occasion de la commémoration de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, il fut, avec Madame Simone Veil, l’un des deux rescapés des camps à témoigner.

source: anciens-st-paul-angouleme.org

merci à Leana pour sa précieuse collaboration en me fournissant les précisions concernant l’ homme de la première photographie, ainsi que pour m’avoir aiguillé sur le Général Rogerie.

2 responses

  1. Leana

    Bonjour.
    Ce numéro de tatouage permet de savoir que cet homme est arrivé à Auschwitz le 27 août 1943 dans un convoi RSHA d’environ 1.500 personnes Juives (hommes, femmes et enfants) du ghetto de Zawierc. Les SS ont directement envoyé la moitié de ces déportés aux chambres à gaz.

    Des infos sur les tatouages à Auschwitz ici :
    http://sonderkommando.info/lieux/auschwitz/tatouages/index.html

    14 December 2009 at 19:05

  2. Leana

    Bonjour.
    Comme mon premier commentaire vous a intéressé et que vous avez eu la gentillesse d’en intégrer les informations à votre billet, je m’autorise à revenir…
    Une remarque à propos du tatouage systématique sur l’avant bras décidé début 43, il faut bien comprendre que cela ne signifie pas pour autant que les prisonniers n’étaient pas tatoués auparavant (ils l’étaient dès la fin 41) mais bien qu’à partir de 43 la procédure a été systématisée.
    Et puis, si vous me permettez de vous embêter encore un peu, j’ajouterai un commentaire quant à la photo que vous avez intégrée du survivant avec son “rayé”. Ce tatouage n°183.070 a été attribué au Général André Rogerie qui, après divers camps, a été conduit à Auschwitz-Birkenau en avril 44.
    Il a écrit son témoignage dès son retour (ce livre était terminé dès octobre 45). Un texte précis et rigoureux intitulé “Vivre c’est vaincre” qui a été réédité.
    Merci à vous.
    Cordialement.

    21 December 2009 at 06:36

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s