mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

Le bus de la ségrégation


photo: (inconnu)

Ce n’est qu’une ligne de bus dans une ville qui en compte plus de 200. Mais New York s’accommode mal de la ségrégation qu’on y pratique. Une ségrégation qui en rappelle une autre.

«Où est Rosa Parks quand on a besoin d’elle?» s’est demandée Melissa Franchy sur son compte Twitter, quelques jours après son expérience à bord d’un bus de la ligne B110, qui relie deux quartiers de Brooklyn, Williamsburg et Boro Park, et dessert principalement les juifs hassidiques qui y vivent.

[…]


photo: (inconnu)

Le 12 octobre, Melissa Franchy est montée à bord d’un de ces bus à l’invitation de Sasha Chavkin, journaliste au New York World, une publication en ligne de l’école de journalisme de l’Université Columbia. Elle s’est assise sur un des sièges situés à l’avant pour voir la réaction des autres passagers. Après un certain laps de temps, plusieurs hommes coiffés avec les papillotes et le chapeau noir caractéristiques des juifs orthodoxes lui ont dit de se lever et d’aller s’asseoir à l’arrière avec les femmes. Certains ont précisé qu’elle se trouvait dans un «bus privé» ou dans un «bus juif».

Ces explications n’ayant pas satisfait la jeune femme, un des hommes a ajouté: «Quand Dieu établit une règle, on ne la remet pas en question.»

Le 18 octobre, le New York World a publié un article sur la ségrégation des sexes dans les bus de la ligne B110, incitant le New York Post et le New York Times, entre autres médias, à lui emboîter le pas dès le lendemain. Dans un de ses reportages, le Post a raconté qu’un conducteur de la ligne avait refusé de continuer sa route devant le refus de la photographe du journal d’aller s’asseoir à l’arrière d’un bus à moitié rempli.

[…]


photo: Sasha Chavkin

Cela fait pourtant partie d’une tradition qui découle d’un contrat de franchise passé en 1973 entre la ville et une société privée pour l’exploitation de cette ligne. Des directives, affichées à l’avant et à l’arrière des bus de la ligne B110, indiquent la marche à suivre pour éviter que les femmes entrent en contact avec les hommes.

«En montant dans un bus où se trouvent des passagers debout à l’avant, les femmes doivent monter par la porte arrière après avoir payé à l’avant», dit une des directives.

[…]

adapté de l’article de Richard Hétu / cyberpresse.ca / 24 octobre 2011
lire l’article complet ici

n.b. : les photographies servant à illustrer l’article sont le choix de citizen zoo

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s