mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

a posteriori … Qui gagne perd…


Maryse Deraîche

photo: Paul-André Larocque

par Maryse Deraîche

L’obésité est le nouveau sujet à la mode. Nous sommes saturés d’émissions de perte de poids extrême, de conseils nutritionnels ou encore de dvd d’exercices réalisés par la toute dernière vedette « has been ».

De nos jours, si nous ne mangeons pas six portions de fruits et de légumes quotidiennement, si nous ne faisons pas trente minutes d’exercice soutenu ou si nous avons le malheur de fumer, nous méritons nos malheurs! Les polémistes radiophoniques s’en donnent à cœur joie en pointant du doigt et en jugeant un problème complexe en l’attribuant à une seule cause : les mauvais comportements individuels.

À tout ceci je réponds « fuck you »! On dit qu’il ne faut jamais juger avant d’avoir marché un mille dans les souliers d’un autre. Je reprends ces sages paroles en vous disant : si vous n’avez jamais été obèse ou proche d’une personne obèse, gardez vos petites réflexions insipides pour vous!


photo: Paul-André Larocque

Je me nomme Mariz, j’ai 31 ans, je mesure 5 pieds et 8 pouces (ndlr: 1,73 m), je pèse 145 livres (ndlr: 66 kg), je suis blonde et belle! Il y a deux ans j’aurais plutôt affirmé ceci : « je me nomme Mariz, j’ai 29 ans, je mesure 5 pieds et 8 pouces (ndlr: 1,72 m), je pèse 360 livres (ndlr: 163 kg), je suis obèse! »

Comment la deuxième Mariz est devenue la première me demanderez-vous. Simple! Science et logique! En faisant expertiser, par des professionnels de la santé, un problème métabolique récurrent et en procédant à une intervention chirurgicale complexe, lourde de conséquences et encore expérimentale. Solution facile! Certains le pensent, beaucoup le disent et plusieurs me rendent malade…

Après trois ans d’attente, de rencontres avec mon médecin, mon chirurgien, ma nutritionniste, ma kinésiologue, après avoir assisté à plusieurs conférences données par des chercheurs en obésité, après avoir lu tout ce qui a été écrit sur le sujet, après tout cela, je suis sortie du bloc opératoire.

Solution facile, le pensez-vous encore? Lorsque votre intérieur a été brûlé, découpé, rebranché, recousu… Lorsque vous ouvrez les yeux et que la seule chose que vous souhaitez c’est qu’ils se referment au plus maudit parce que la douleur est insoutenable… Lorsque vous avez l’impression qu’un train vous a trainé sur des kilomètres, à ce moment même, vous croyez qu’elle était facile cette avenue?

Vous souhaitez connaître la première phrase qui est sortie de ma bouche après avoir été modifiée de l’intérieur? Bien sûr… Lorsqu’un infirmier est venu m’aider à me lever, trois heures seulement après l’intervention, je l’ai regardé, les yeux noyés de morphine, et j’ai dis : « si jamais un jour quelqu’un vient me dire que c’était la solution facile, je lui CALISSE mon poing sur la yeule ». Ma copine l’a trouvé pas mal bonne et elle a su que tout allait bien, que j’étais toujours en vie!


photo: Paul-André Larocque

Le portrait qui est peint des obèses n’est en fait qu’une partie de la réalité et moi, je ne m’identifie pas à cette réalité. Je ne me suis pas mise à engraisser à la suite d’un échec amoureux ou parce que mon père m’a violée étant enfant, je n’entretenais pas de rapports conflictuels avec la nourriture, je ne m’isolais pas dans un 2 ½ crasseux parce que j’avais peur du regard des gens, je ne m’empiffrais pas de « junkfood » toute la journée, je ne couvrais pas mon corps de vêtements trop grands…

Quoi que je fasse, les kilos ne faisaient que s’accumuler avec les années. Pourquoi? Malgré les régimes, l’entrainement physique, la restriction, je n’arrivais à rien. Tout ce qui augmentait, c’était mon sentiment de culpabilité et d’injustice. Malgré cela, j’avais une vie relativement normale! J’avais des amis, des amoureux, des amants, une vie sexuelle…

J’allais à l’université même si les sièges étaient trop petits pour mon derrière, je sortais dans les bars et les soirées, je tentais de me réaliser malgré les regards. Vous savez, ces regards accusateurs qui me laissaient croire que mes difficultés corporelles m’étaient entièrement attribuées et que c’était « bien fait » pour moi. Ces regards de dédain qui me scrutaient des pieds à la tête. Ces regards, ces foutus regards! Lorsqu’ils étaient accompagnés de chuchotements et de rires, ils étaient sanglants! Malgré tout cela, je fonçais dans la vie! Je savais qu’un jour on me jugerait pour ce que je suis et ce que je fais et non pas parce que je prends deux sièges dans l’autobus…


photo: Paul-André Larocque

On éprouve rarement de la compassion pour les personnes obèses… Pourquoi se mettre à la place d’un obèse, il a juste à arrêter de manger!

Tu as une vie normale aujourd’hui me direz-vous. Peut-être, vu par des yeux extérieurs, mais je serai à tout jamais une obèse. Il y a deux côtés à ma médaille et je dois apprendre à accepter le revers. Je devrai à tout jamais « dealer » avec les regards. Ils sont différents certes, mais toujours existants, toujours aussi accusateurs… Lorsque je raconte mon récit, il y a certaines personnes qui me regardent comme-ci je ne méritais pas ma beauté. Pour eux, je ne ferai jamais parti des leurs, je serai à tout jamais la grosse qu’on méprise.

Lorsque j’étais obèse, on ne pouvait s’y méprendre… Lorsque je faisais une rencontre, mon partenaire était parfaitement conscient qu’en enlevant mes vêtements, il y trouverait un corps gros et déformé. Maintenant, mon apparence devient un mensonge sans que je ne le veuille. Si j’effectuais des rencontres aujourd’hui, je n’aurais d’autres choix que d’en parler avant que les évènements s’enchainent, car la surprise serait mauvaise! Comment expliquez que même si je suis jolie, une fois nue je suis une toute autre personne? Et si je ne disais tout simplement rien… Quels types de réaction pourraient produire mes seins vides et mes cuisses flasques? À quel point est-on ouvert d’esprit?


photo: Paul-André Larocque

Certains individus, adeptes du positivisme, me diront : « mais tu peux t’habiller où tu veux maintenant, tu n’as plus ce problème et tu peux t’asseoir dans un siège étroit». Vrai! Par contre, le bonheur ne se résume pas à ce que l’on perçoit. Mes os sont heureux, mon rythme cardiaque me remercie, mes articulations trépignent de bonheur, mais ma peau est triste…Elle est toujours là! Plus molle, plus plissée… Notre société nous inculque qu’une femme perd sa beauté au même rythme qu’elle accumule les années. Pour ma part, ma jeune beauté est un euphémisme. Ce n’est qu’une illusion d’optique. Il ne faut pas juger un livre à sa couverture.Vrai, tellement vrai! Ma couverture est magnifique, mais mes pages sont fripées, usées, elles ont été bafouées, pliées et même déchirées…

Suis-je heureuse aujourd’hui? OUI! J’apprends à aimer mon nouveau livre, car malgré son apparence, il est rempli de force et de courage. J’aurai sûrement recours à la chirurgie esthétique un jour, mais même si je réussissais à accumuler l’argent nécessaire à la réparation de mon corps, je devrai tout de même apprendre à vivre avec ces blessures. Je suis de celles qui croient que la force et l’équilibre sont puisés dans le fait d’assumer qui on est, et cela, dans son intégralité. La grande question : « reproduirais-tu les mêmes gestes à la suite du résultat connu? ». OUI, sans hésitation! Il faut seulement être conscient que, comme dans tout, une action conduit toujours à des résultats inattendus et il faut être en mesure de les accepter.

Vous croyez toujours que cette intervention est une solution facile? Je mènerai un combat jusqu’à ma mort. Il est juste différent maintenant…

source: urbania.ca

————————————————————

entrevue avec Maryse Deraîche sur radio-canada.ca

entrevue avec Maryse Deraîche sur tvanouvelles.ca

————————————————————

Reine d’un jour


capture d’écran de la page d’accueil d’Urbania
(la photo y incluse est de Paul-André Larocque)

par Sylvie St-Jacques
La Presse
13 avril 2012

Sur son fil Twitter, Maryse Deraîche ne tarit pas d’enthousiasme pour la célébrité instantanée que lui a valu son texte «Qui gagne perd…», paru cette semaine sur le site d’Urbania. «Quelle fabuleuse expérience!», se réjouit la jeune femme de Québec de 31 ans qui s’est mise à nue au propre comme au figuré dans ce qui est «probablement l’un des articles les plus troublants [et émouvants] de l’histoire d’Urbania».

Il y a deux ans, celle qui emprunte le pseudonyme Mariz était obèse: elle pesait 360 livres. Aujourd’hui, elle se présente comme «belle et blonde» et pèse 145 livres pour ses 5 pi 8 po (1,72 m). Le photographe Paul-André Larocque l’a immortalisée d’abord en svelte et fougueuse vamp, puis en costume d’Ève où est révélé le triste spectacle de ses chairs évidées et pendantes que dissimulent avantageusement des vêtements ajustés.

«C’est très personnel comme article. Quand on a subi un changement corporel de la sorte, on ressent le besoin de coucher ça sur papier», exprime Maryse Deraîche, au bout du fil, qui espère que cet article réalisé avec son meilleur ami, le photographe Paul-André Larocque, «ouvrira les horizons des personnes obèses et fera la preuve qu’il n’y a rien de miraculeux dans la vie.»

Impact social

Dans son témoignage coup-de-poing, Maryse Deraîche s’en prend à une société qui rend les obèses et les personnes aux comportements «incorrects» responsables de leurs maux.

«De nos jours, si nous ne mangeons pas six portions de fruits et de légumes quotidiennement, si nous ne faisons pas 30 minutes d’exercice soutenu ou si nous avons le malheur de fumer, nous méritons nos malheurs!» écrit celle qui tient «un problème métabolique récurrent» responsable de son surpoids.

L’amincissement de Maryse Deraîche n’est pas le résultat d’un régime, puisque la jeune femme a plutôt choisi de prêter son corps à la science. Trois ans d’expertises, de séances d’information et de consultations avec des spécialistes ont précédé l’intervention chirurgicale «complexe et lourde de conséquences» qui lui a donné un nouveau corps.

Et voilà qu’elle expose au grand jour les résultats d’une démarche lourde de conséquences. «Le but n’était pas de choquer, mais bien de démontrer le décalage entre ce que les gens perçoivent d’une image corporelle et la réalité qui est cachée, sous l’enveloppe.»

Jadis, quand elle était ronde, ses articulations et son rythme cardiaques étaient peut-être souffrants, son derrière était peut-être trop volumineux pour les bancs de l’université, mais elle avait des amis, des chums, des amants. Aujourd’hui, Maryse est libérée de son surpoids, mais porte néanmoins une tonne et demie de meurtrissures, bien dissimulées sous ses vêtements sexy.

«Lorsqu’un infirmier est venu m’aider à me lever, trois heures seulement après l’intervention, je l’ai regardé, les yeux noyés de morphine, et j’ai dit: «Si jamais un jour quelqu’un vient me dire que c’était la solution facile, je lui CÂLISSE mon poing sur la yeule.»»

La «fabuleuse expérience» de Maryse Deraîche, bien entendu, c’est sa percée fulgurante dans les statuts Facebook et Twitter de centaines de sympathisants à sa cause. «C’est incroyable, tout l’amour et les encouragements que j’ai reçus» Le nouveau fan-club de Maryse Deraîche a trouvé en cette jeune femme au corps prématurément vieilli une poster girl pour une époque où l’obsession du corps n’a d’égale que l’obsession d’être vu, entendu, retwitté…

Symbole d’une époque

Maryse Deraîche – à l’instar de la Britannique Samantha Beck, cette inconnue de 41 ans devenue célèbre après avoir signé un texte dans le Daily Mail sur la jalousie que lui vaut sa grande beauté – est le symbole d’une époque où tout ce qui est «viral» prend spontanément une importance cruciale.

Si ce texte a tant suscité l’attention, c’est que Maryse Deraîche porte plusieurs paradoxes. En même temps qu’elle dénonce l’obsession de la minceur, elle révèle les douleurs et séquelles d’une procédure encore expérimentale. Deux ans après sa chirurgie, la prochaine étape sera la chirurgie esthétique, qui pourrait lui coûter plusieurs dizaines de milliers de dollars.

«Le but n’était pas de choquer», assure Maryse Deraîche qui jure qu’elle ne s’attendait pas à ce que son histoire crée une «aussi grosse vague.»

Un tsunami, plutôt. Qui dérange et repousse les frontières d’une réflexion sur notre rapport trouble à nos corps et à nos miroirs.

source: cyberpresse.ca

————————————————————


source: vimeo

Collaborateurs:

Urbania : urbania.ca
larocquestudio : larocquestudio.ca
Eleiade : eleiade.com
Véro Comtois, conception web : verocomtois.com
Boom fm : boomfm.com

Pour qui désirerait apporter une aide financière à Maryse afin de l’aider à payer ses chirurgies réparatrices, je vous invite à suivre ce lien:
reconstruiremaryse.com

2 responses

  1. Welcome back!!!!!

    25 April 2012 at 14:33

    • citizenzoo

      J’avais prévu ne revenir que sporadiquement mais il semble bien que j’aie repris le collier !!

      Alain

      15 May 2012 at 01:05

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s