mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

“In Liverpool” | Suzanne Vega


source: YouTube

Un matin de 1992, il y avait ce type qui se rendait au boulot comme d’habitude. Je m’endors. Fatigué. I’m so tired. Sur le chemin, son magasin de disques préféré qui, contrairement à son habitude, était ouvert très tôt ce jour-là. Question de faire la promotion du “99.9 F” de Suzanne Vega lors de sa sortie. Un commerce généreux qui donnait même ce CD aux clients en ce petit matin brumeux. Et me voilà avec un CD et je n’ai même pas de lecteur CD, je nage encore dans les cassettes audio.

Deux ans. Deux ans à regarder ce CD qui le narguait de ses rouge et orange. Et ce “In Liverpool” de chanson qui le faisait saliver en pensant à Abbey Road ou n’importe quel coin de la ville qui sent le Beatle. Qu’est-ce qu’elle peut bien en dire de Liverpool, cette petite ? Deux ans avant de pouvoir insérer ce satané morceau de plastique dans un lecteur. Et là, lumière sur la ville ! Ça se passe dans un quartier tranquille, un dimanche. Mais pas de Beatle en vue. Ça se passe sur une avenue, mais pas sur Abbey Road parce que sur Abbey Road, il y a toujours plein de monde en train de se faire photographier sur les lignes de traverse.

Mais il est où ce disque ? Plus là. Parce que ce type, il lui prend des coups de cafard comme c’est pas possible et il se met à faire du ménage. Trop de ci, trop de ça. Poubelle. Vega a suivi ce chemin contre son gré il y a un temps de cela. Mais ça ne l’a pas tuée, heureusement. Elle brille toujours dans la ville des fantasmes pendant que l’autre sonne les cloches. Je vais appeler Apple. Non, l’autre… celui d’iTunes. Ils y ont déménagé, de toute façon.

Vous ai-je parlé de Suzanne Vega ou de son disque ou de sa chanson ? Je ne me souviens plus. Ça se passait à Liverpool il y a si longtemps de cela… En ’92, il me semble, je ne sais plus… Peut-être… Les paroles ? Ah, oui, les paroles ! Mais c’est bien juste pour vous faire plaisir…

In Liverpool on Sunday
No traffic on the Avenue
The light is pale and thin like you
No sound, down
In this part of town

Except for the boy in the belfry
He’s crazy, he’s throwing himself
Down from the top of the tower
Like a hunchback in heaven
He’s ringing the bells in the church
For the last half an hour
He sounds like he’s missing something
Or someone that he knows he can’t
Have now and if he isn’t
I certainly am

Homesick for a clock that told the same time
Sometimes you made no sense to me
If you lie on the ground in somebody’s arms
You’ll probably swallow some of their history

And the boy in the belfry
He’s crazy, he’s throwing himself
Down from the top of the tower
Like a hunchback in heaven
He’s ringing the bells in the church
For the last half an hour
He sounds like he’s missing something
Or someone that he knows he can’t
Have now and if he isn’t
I certainly am

I’ll be the girl who sings for my supper
You’ll be the monk whose forehead is high
He’ll be the man who’s already working
Spreading a memory all through the sky

In Liverpool on Sunday
No reason to even remember you now

Except for the boy in the belfry
He’s crazy, he’s throwing himself
Down from the top of the tower
Like a hunchback in heaven
He’s ringing the bells in the church
For the last half an hour
He sounds like he’s missing something
Or someone that he knows he can’t
Have now and if he isn’t
I certainly am

In Liverpool
In Liverpool

paroles et musique de Suzanne Vega

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s