mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

Afghanistan

Sharbat Gula | portrait


photo: Steve McCurry

La photographie ci-haut est devenue célèbre du jour au lendemain lorsqu’elle fut publiée en couverture du numéro de juin 1985 du National Geographic Magazine. Et son histoire est presqu’aussi célèbre…

Pendant l’invasion soviétique de l’Afghanistan (1979-1989), cette jeune fille devint orpheline et s’enfuit vers le camp de réfugiés de Nasir Bagh (Pakistan). C’est là que le photographe Steve McCurry l’a découverte en décembre 1984, dans l’école du camp, et photographiée. Elle avait alors environ 12 ans. A ce moment, McCurry ne connaissait toutefois pas son nom et la photographie fut publiée en la désignant comme “The Afghan Girl”. Jusque là, donc, rien de bien spécial que la beauté de l’adolescente et de la photo.


source: National Geographic Magazine

Là où l’histoire prend une toute autre dimension, c’est lorsque McCurry décide de retrouver la jeune fille suite à la notoriété acquise par la photographie. Des tentatives effectuées dans les années  1990 se sont révélées infructueuses, les Talibans étant alors au pouvoir en Afghanistan et les représentants des médias n’y étant pas les bienvenus.


photo: Steve McCurry


autoportrait: Steve McCurry


photo: (inconnu)

Mais en 2002, moins d’un an après l’invasion américaine du pays et une fois les Talibans délogés du pouvoir, McCurry reprend ses recherches à la tête d’une équipe du National Geographic. Il retrouve finalement la jeune fille devenue une femme dans la région montagneuse de Tora Bora en Afghanistan, sa région natale, alors qu’elle est âgée d’environ 30 ans. Et apprend son nom: Sharbat Gula.

En collaboration avec Thomas Musheno et John Daugman (voir sous les photos ci-bas), son identité fut confirmée avec certitude grâce à la biométrie alors qu’une comparaison positive de l’iris des yeux fut effectuée entre ceux de la photo de McCurry et ceux de la femme retrouvée.


photo: Alexandra Boulat

John Daugman, l’inventeur de la technique de reconnaissance biométrique par l’iris, une méthode encore plus précise que la reconnaissance par les empreintes digitales.


photo: Mark Thiessen

Thomas Musheno, examinateur médico-légal travaillant au bureau du FBI à Washington, a participé à l’identification positive de Sharbat Gula par la méthode biométrique.

Sharbat Gula se souvenait très bien avoir été photographiée par McCurry puisqu’elle n’avait été photographiée que trois fois durant sa vie. Toutefois, elle n’avait jamais vu la photo de McCurry jusqu’à ce qu’on la lui montrât en janvier 2002. Une session de photos fut alors faite avec Sharbat par Steve McCurry et fit l’objet d’une parution dans le numéro d’avril 2002 du National Geographic Magazine afin d’y raconter l’histoire de cette quête et de ces retrouvailles.


source: National Geographic Magazine


photo: Steve McCurry


source: National Geographic Magazine

article de juin 1985 du National Geographic Magazine
article d’avril 2002 du National Geographic Magazine


……………………………….WANTED

POUR CRIMES DE GUERRE

|

photo: Eric Draper

George Walker Bush
43e Président des États-Unis

a décrété l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak et c’est sous son autorité, alors qu’il était président, qu’ont eu lieu une série d’atteintes aux droits humains. Ces violations, notamment des actes de torture et autres traitements cruels, inhumains et dégradants, et des disparitions forcées, se sont déroulées dans le cadre du programme de détention secrète de l’Agence centrale du renseignement (CIA) entre 2002 et 2009.

C’est sous son autorité qu’ont été commis contre les personnes détenues sous la responsabilité de l’armée américaine à Guantánamo, en Afghanistan et en Irak des actes de torture et d’autres crimes relevant du droit international, bafouant ainsi la Convention des Nations Unies contre la torture.

|


source: U.S. Air Force

Richard Bruce “Dick” Cheney
est entré à la Maison Blanche comme assistant et a travaillé sous la gouverne de Donald H. Rumsfeld avant d’occuper différents autres postes : Chef de cabinet de la Maison Blanche sous Gerald Ford (1975-1977), membre de la Chambre des représentants (1979-1989), Secrétaire à la Défense sous George H. W. Bush (1989-1993), 46e Vice-Président des États-Unis sous George W. Bush (2001 à 2009)

|


source: state.gov

Colin Luther Powell
Conseiller à la Sécurité nationale sous Ronald W. Reagan (1987-1989), Chef d’état-major des armées des États-Unis sous George H. W. Bush et William J. “Bill” Clinton (1989-1993), Secrétaire d’État sous George W. Bush (2001-2005)

|


source: state.gov

Condoleezza Rice
Conseillère à la Sécurité nationale (2001–2005) et Secrétaire d’État (2005–2009), sous George W. Bush

|


photo: Helene C. Stikkel

Paul Dundes Wolfowitz
Ambassadeur des États-Unis en Indonésie sous Ronald W. Reagan (1986-1989), Secrétaire adjoint à la Défense sous George W. Bush (2001-2005), Président du World Bank Group (2005-2007)

|


source: uncensored.co.nz

Richard Norman Perle
Conseiller politique auprès du secrétaire à la défense sous Ronald W. Reagan (1981-1987), membre de la commission de la politique de défense sous Ronald W. Reagan, George H. W. Bush, William J. “Bill” Clinton et George W. Bush (1987-2004), commission dont il fut le président du conseil de 2001 à 2003 sous George W. Bush

Surnommé le “Prince des Ténèbres” sous l’administration Reagan, Richard Perle est présentement consultant pour le Département de la Défense; Président et PDG de Hollinger Digital; et directeur du quotidien The Jerusalem Post

|


source: nndb.com

Karl Christian Rove

A participé à la campagne présidentielle de Richard Nixon (1972), premier conseiller politique de George H. W. Bush (1978), directeur d’une agence de consultants (Karl Rove & Co.) (1981 à 1999),  premier conseiller politique de George W. Bush (1999), conseiller senior et assistant au Président sous George W. Bush (2001-2007)

En 2002 et 2003, Karl Rove dirigea un comité dont l’existence fut révélée en juillet 2003 par le quotidien Washington Post, comité appelé White House Iraq Group. Le mandat de ce comité était de mettre en oeuvre un plan d’ “éducation du public” afin que celui-ci accepte l’idée du danger nucléaire que l’Irak de Saddam Hussein pouvait représenter pour les États-Unis. Mais entre-temps, les recommandations de ce comité avaient déjà mené à l’invasion de l’Irak, en mars 2003.

———————————————————————


photo: (inconnu)

BILAN DE GUERRE

– Guerre en Afghanistan (depuis le 7 octobre 2001):

Nombre de civils tués: entre 17,611 et 37,208 (selon différentes sources, toutes spécifiant que ces données sont sous-estimées)
Nombre de soldats tués (incluant les soldats de la coalition, les membres des forces de sécurité afghanes, les membres de l’Alliance du Nord et les membres de compagnies de sécurité privées (mercemaires) : 2,744
Nombre de combattants Afghans tués (principalement des Talibans): entre 30,000 et 40,000 (selon différentes sources)

 – Guerre en Irak (depuis le 20 mars 2003):

Nombre de civils tués: entre 103,775 et 113,380 (selon iraqbodycount.org)
Nombre de soldats tués (incluant les soldats de la coalition, les membres des forces de sécurité irakiennes, les membres de compagnies de sécurité privées (mercenaires) et les Fils de l’Irak): 24,418
Nombre de combattants Irakiens tués: entre 28,736 et 37,120 (selon différentes sources)


photo: Camille Gage

———————————————————————

ADDENDUM : George W. Bush et la justice internationale

Amnistie internationale a demandé le 10 novembre 2010 l’ouverture d’une information judiciaire sur le rôle joué par l’ancien président américain George W. Bush et d’autres responsables dans le recours à des techniques d’interrogatoire dites améliorées contre des personnes maintenues en détention par les États-Unis dans des lieux secrets, après que l’ancien président eut admis avoir autorisé ces pratiques.

Dans ses mémoires, publiés le 9 novembre 2010, et dans un entretien diffusé sur NBC News le 8 novembre 2010, l’ancien président a confirmé son implication personnelle dans l’autorisation du waterboarding (simulacre de noyade) et d’autres techniques contre des “détenus de grande valeur”.

“Aux termes du droit international, le fait que l’ancien président admette avoir autorisé des actes s’apparentant à la torture suffisent pour que les États-Unis soient dans l’obligation d’enquêter sur ses propos et, s’ils sont corroborés, de le poursuivre”, a déclaré Claudio Cordone, directeur général d’Amnistie internationale.

“Ses aveux mettent une fois de plus en évidence l’absence d’obligation de rendre des comptes pour la torture et les disparitions forcées, crimes de droit international dont les États-Unis se sont rendus coupables.”

Le waterboarding est loin d’avoir été la seule technique qui aurait été employée contre les hommes détenus dans le cadre du programme secret, en violation de l’interdiction internationale de la torture et des autres traitements cruels, inhumains ou dégradants.

On recense, parmi les autres techniques employées : la nudité prolongée, les menaces, l’exposition au froid, le maintien dans des positions douloureuses, les agressions physiques, l’utilisation prolongée d’entraves et la privation de sommeil.

“En vertu du droit international, quiconque est impliqué dans des actes de torture doit être traduit en justice, et cela n’exclut pas l’ancien président George W. Bush. Si ses aveux sont corroborés, les États-Unis sont tenus de le poursuivre en justice”, a ajouté Claudio Cordone.

“Faute d’enquête diligentée par les États-Unis, d’autres pays doivent intervenir et effectuer cette enquête eux-mêmes”, a conclu Claudio Cordone.

Les États-Unis ont ratifié la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (Convention contre la torture) en 1994. En vertu de la Convention contre la torture, chaque fois qu’il existe des éléments indiquant qu’une personne a commis ou tenté de commettre un acte de torture ou perpétré des actes la rendant complice de la torture, le cas en question doit être confié aux autorités compétentes en vue de l’ouverture de poursuites.

Ne pas entamer de poursuites au motif que l’accusé a exercé des fonctions officielles, à quelque niveau que ce soit, ou justifier ses agissements en invoquant des “circonstances exceptionnelles”, qu’il s’agisse d’une guerre ou d’autres situations d’urgence, n’est pas autorisé par la Convention.

adapté d’un communiqué de presse émis par Amnistie internationale le 10 novembre 2010. Le texte complet ici.


La clé pour Guantanamo


photo: Paul J. Richards


L’école à deux vitesses


photo: (inconnu)

En Occident…


photo: (inconnu)

En Afghanistan…


Irak et Afghanistan | de quelques faits de guerre…


source: YouTube


source: YouTube


source: YouTube


source: YouTube


source: YouTube


L’art de recruter un enfant kamikaze


photo: Kamran Jebreili

Les Talibans ont donné deux choix à Noor Mohammad : être accusé de vol et se faire amputer la main, plongeant sa famille dans la honte, ou accepter de devenir un kamikaze et faire la fierté de ses proches.

Le quotidien britannique The Guardian revient aujourd’hui sur les tactiques employées par les Talibans pour recruter des enfants kamikazes, de plus en plus privilégiés par les Talibans parce qu’ils suscitent moins de soupçons chez les autorités et ont ainsi plus de chances de mener à bien leurs missions suicides.

D’autres enfants, arrêtés à temps, ont aussi avoué avoir agi en échange d’argent, pour aider leur famille. Et, plus surprenant encore, d’autres le feraient pour la gloire : être kamikaze revêt maintenant un certain côté glamour, comme en témoigne une vidéo postée sur YouTube et sur laquelle on voit des enfants «jouer à l’attentat suicide».

source: cyberpresse.ca

guardian.co.uk : Groomed for suicide: how Taliban recruits children for mass murder


Des enfants Pakistanais miment une attaque suicide


source: YouTube

De la scène d’adieu du kamikaze à l’explosion de son engin explosif, ces enfants répètent les gestes qu’ils pourraient être amenés à poser dans la vraie vie et avec de vrais explosifs.

L’origine de la vidéo n’est pas certaine, mais elle semble avoir été filmée dans la région frontalière du Pakistan et de l’Afghanistan. Certains des enfants n’ont pas plus de 3 ou 4 ans.

Le reportage (en anglais) entourant cette vidéo diffusée par la BBC est de Orla Guerin.


Ce qu’ils ont le culot d’appeler des dommages collatéraux… mais il est vrai que ce ne sont pas les enfants des décideurs de guerre…

.

AVERTISSEMENT: ÉLÉMENTS VIOLENTS
.

WARNING: GRAPHIC CONTENT

.


photo: Fadi Adwan


photo: (inconnu)


photo: (inconnu)


photo: (inconnu)


photo: (inconnu)



photo: Suhaib Salem


photo: (inconnu)


photo: Fraidoon Pooyaa


photo: (inconnu)


photo: (inconnu)

Ces photographies ont été prises en Irak, en Afghanistan, au Liban et en Palestine pendant les 10 dernières années.

C’est de ce monde dont vous voulez? Ce sont des gouvernements qui permettent cela que vous élisez? Vous allez permettre ces morts pendant encore combien de temps? N’oubliez pas que le silence est une forme d’approbation…


Mourir en Afghanistan


photo: (inconnu)


Voyager en 2ème classe


photo: (inconnu)

Cette photographie a été prise en Afghanistan.


Torture et torture


caricature: André-Philippe Côté


Patrouille aérienne en Afghanistan


photo: Michael Yon


Retour au pays


photo: (inconnu)


Enfant afghan sous l’oeil des militaires

par Asmaa Waguih
photo: Asmaa Waguih


”Torture made in USA”

xhk0dp7f
source: Galaxie Presse

torture31241222005
photo: (inconnu)

torture-detainee
photo: (inconnu)

torture2
photo: (inconnu)

A Guantanamo comme en Irak ou en Afghanistan, l’administration Bush a institutionnalisé la torture. Ses juristes ont tout fait pour s’exonérer des conventions de Genève et du droit de la guerre. Du 19 octobre au 19 décembre, Mediapart diffuse, en partenariat avec ACAT-France, Amnesty International et Human Rights Watch, l’enquête exclusive de la journaliste Marie-Monique Robin. Un documentaire de 85 minutes que vous n’avez pas pu voir à la télévision.

Voici l’hyperlien de Mediapart pour visualiser ce documentaire:

”Torture made in USA”

————————————————————–

marie-monique-robin1
Marie-Monique Robin

photo: (inconnu)

”Torture made in USA” (diffusé sur Mediapart)
par Marie-Monique Robin
tiré de son blog sur Le monde selon Monsanto

Après plusieurs semaines de silence, je reviens sur mon Blog!

J’avais décidé de “lever le pied”, pour pouvoir me concentrer sur la préparation de mon tournage pour mon prochain film et livre, qui seront diffusés en septembre 2010 (ARTE/ La Découverte).

Ma nouvelle enquête explore l’univers des produits chimiques, qui contaminent la chaîne alimentaire (pesticides, additifs et plastiques alimentaires), la façon dont ils sont évalués et réglementés, et leur lien éventuel avec l’épidémie de cancers, maladies neurodégénératives (Parkinson, Altzheimer) ou dysfonctionnements de la reproduction que l’on observe un peu partout dans le monde.

La deuxième raison de ce silence c’est que je voulais garder un peu d’énergie pour accompagner le lancement de mon film “Torture made in USA“. Comme je l’ai écrit sur ce Blog, ce documentaire dormait dans un tiroir depuis février dernier.

Cet incroyable ratage était dû à l’incapacité de mon producteur – Bernard Vaillot de Galaxie– de payer les archives que j’ai utilisées – avec son accord- pour le montage de mon film.

robin432
Marie-Monique Robin

photo: (inconnu)

La facture est certes élevée – quelque 130 000 Euros pour les droits monde tout support -, mais ce n’est pas la première fois que je réalise des documentaires aves des budgets archives très élevés: ce fut le cas notamment pour “Cuba: Histoire d’un mythe” – un million de Francs en 1993 -, ou “Les 1OO photos du siècle“, ou encore “Mon père, le Che“. A chaque fois, le producteur – en l’occurrence CAPA- avait anticipé en prévendant le film à une kyrielle de chaînes internationales, avant même que j’ai commencé à tourner, ce que n’a pas su faire Galaxie

Devant cette impasse, jamais vue en vingt-cinq ans de carrière, j’ai donc décidé de contacter Mediapart, le journal en ligne créé notamment par Edwy Plenel, l’ancien directeur de la rédaction du journal Le Monde, dont j’apprécie l’engagement pour une presse indépendante et de qualité. Mediapart a accepté de diffuser le film en accès libre pendant deux mois sur son site.

Avec Mediapart, mais aussi le CFRT, coproducteur du film, Amnesty International, Human Rights Watch et l’Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT), nous avons donc monté une opération inédite dans l’histoire du journaliste télévisuel: lancer un film en exclusivité, dont la pertinence éditoriale est évidente, sur la toile.

Voici ce qu’en dit RFI:

http://www.rfi.fr/actufr/articles/118/article_85806.asp“>

Nous espérons tous que cette opération inédite montrera que le Web est un média à part entière , et que le film connaîtra une seconde vie sur les chaînes, au cinéma ou en DVD.

C’est vous les internautes qui en déciderez!

Rendez-vous donc sur Mediapart!

www.mediapart.fr

—————————–

Oeuvres majeures de Marie-Monique Robin

Robin_SL500_AA240_

Robin33

Robin escadrons_mort

Robin sixiemesens

Robin BIOPIRATES

Robin couvlivreat8


Peter van Agtmael: a look on Afghanistan war

2nd_tour_war_02
photo: Peter van Agtmael

2nd_tour_war_01
photo: Peter van Agtmael

2nd_tour_war_03
photo: Peter van Agtmael

2nd_tour_war_06
photo: Peter van Agtmael

121020071607374847
photo: Peter van Agtmael

ana-soldier-airlifted-wounded-in-ied-attack-afghanistan-2007
photo: Peter van Agtmael

memorial-service-for-american-soldier-killed-by-ied-iraq-2006
photo: Peter van Agtmael

peter-van-agtmael.1215538054
photo: Peter van Agtmael


Les absents

r-AFGHANISTAN-large
source: AP


Patrouille dans le désert afghan

par Emilio Morenatti2
photo: Emilio Morenatti


Être mère afghane…

enqueteburqa par Pierre-André Normandin
photo: Pierre-André Normandin


Une vie en noir et blanc, vue par Sebastiao Salgado

salgado_1
photo: Sebastiao Salgado

Réfugiés dans le camp éthiopien de Korem, en 1984.

salgado_2
photo: Sebastiao Salgado

Dispute entre un travailleur et un militaire dans la mine d’or de Serra Pelada (Brésil), en 1986.

salgado-1
photo: Sebastiao Salgado

Sur les rives du Tigre (Inde), en 1985.

exodus02
photo: Sebastiao Salgado

Femmes afghanes et leurs enfants à Kaboul (Afghanistan), en 1996.


Soldat au repos

Afghanistan par Pierre-André Normandin
photo: Pierre-André Normandin


Des véhicules qui résistent aux mines: Mine Resistant Ambush Protective (MRAP) vehicle

tb_IraqTrucks_300graphic
source: Force Protection Inc.

Selon les militaires américains, ce type de véhicule a réduit les blessures des militaires de 80% en Irak. Le souffle de l’explosion, au lieu de se diriger vers le dessous du véhicule et de le transpercer, est dévié vers les côtés par le dessous en acier en forme de V. De plus, ce type de véhicule peut même rouler avec des crevaisons aux 4 pneus.

gr_pr_071112mrap
source: (inconnu)

Ce modèle Cougar pèse de 2 à 5 fois le poids d’un humvee. Son poids le rend très résistant aux explosions, mais est source de problèmes sur certains ponts (qu’il peut défoncer). Sa position de conduite haute est un avantage pour le conducteur. Le Cougar peut contenir 6 soldats.

autonomie: 676 kilomètres
hauteur: 2,6 mètres
largeur: 2,7 mètres
longueur: 5,9 mètres
poids: 14,500 kilos
charge utile: jusqu’à 2,700 kilos

BAE Systems RG-33L 6x6 MRAP vehicles
photo: (inconnu)

MRAPBuffalo
photo: (inconnu)

Ci-dessus, le Modèle Buffalo.

MRAP-793479
photo: (inconnu)

071114-N-5549O-097
photo: Kevin S. O’Brien

buffalo-inside
photo: (inconnu)

070827-F-9136O-202.jpg
photo: Olufemi A. Owolabi

MRAPTestBlast
photo: (inconnu)

Test de résistance aux explosifs. On voit le souffle de l’explosion se diriger vers les côtés, épargnant le dessous de l’habitacle et les soldats s’y trouvant.

Toutefois, tout ne se passe pas toujours comme prévu et il arrive que les MRAP résistent mal aux assauts:

mrap_frontalcopy
photo: (inconnu)

Cougar-Bwreck-B001
source: defencetalk.com

MRAP-Driving Alerts_Nich
photo: (inconnu)

mine-resistant-ambush-protected-vehicle-mrap
photo: (inconnu)


Fin de mission en Afghanistan

Bodies+Military+Personnel+Killed+Afghanistan+qyrg7Eh8bkEl
photo: (inconnu)


L’OTAN attaque dans le Kunduz (Afghanistan)

Afghanistan
photo: Manish Swarup

Afghanistan
photo: Manish Swarup

Le 5 septembre dernier, les forces de l’OTAN ont lancé un raid aérien contre le village afghan de Haji Aman (province du Kunduz) où se trouvaient deux camions citernes volés peu auparavant par des Talibans sur l’autoroute Kunduz-Baghlan.

Après leur vol, ces Talibans avaient invité les villageois à faire gratuitement le ”plein d’essence”. Ce que ceux-ci faisaient au moment de l’attaque aérienne, alors que les Talibans avaient déjà quitté les lieux… Les villageois parlent d’environ 120 morts et un nombre indéterminé de blessés. Le nombre exact de ceux-ci est difficile à établir car plusieurs provenaient de villages des alentours.

Les mêmes villageois disent également que les pilotes qui les ont attaqués ont utilisé des bombes au phosphore (à ce sujet, je vous reporte au billet que j’ai déjà publié ici). Plusieurs personnes ont été réduites en cendres alors que d’autres sont devenus méconnaissables tant ils sont brûlés.

Ci-dessous, une fosse commune dans laquelle les Afghans ont commencé à enterrer leurs morts:

pic.php2
photo: (inconnu)