mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

illustration

Vers la liberté

barbelés
illustration: (inconnu)

Advertisements

La Chine et ses petites Chine


illustration: (inconnu)


“Nation Estate” | Larissa Sansour


illustration: Larissa Sansour


Mediterranean


Manger Square


Main Lobby


Jerusalem Floor


Food


Olive Tree


Window

toutes les photographies sont de Larissa Sansour
site de Larissa Sansour

Le projet Nation Estate est la solution verticale à la situation de la Palestine, une allégorie imaginée par Larissa Sansour. Dans ce projet, la Palestine, en tant que territoire, prend la forme d’un seul gratte-ciel colossal qui contient toute la population Palestinienne qui y vit maintenant une vie luxueuse: le Nation Estate.

Chaque ville y a son propre étage: Jérusalem au 13e étage, Ramallah au 14e, la ville natale de Sansour (Bethléhem) au 21e étage, etc. Les déplacements entre les villes, autrefois compliqués par des “checkpoints”, s’y font maintenant par ascenseur. Afin de créer un sentiment d’appartenance, le lobby de chaque étage reproduit des endroits icôniques.


source: Galerie Anne de Villepoix

En plus de ces photographies, le projet Nation Estate consiste en un court-métrage de science-fiction de 9 minutes.

A la fin de 2011, Larissa Sansour avait présenté les trois photographies demandées afin de participer au concours du musée de l’Élysée de Lausanne Lacoste Élysée 2011, sponsorisé par le géant français de la mode, Lacoste. Le thème du concours était “La joie de vivre“.


source: Galerie Anne de Villepoix

Initialement mise en lice pour cette deuxième édition du prix associé au célèbre crocodile (dotée d’une bourse de 25,000 euros), Sansour a vu son nom disparaître peu après, Lacoste ayant jugé celle-ci trop “pro-palestinienne”. Puis, afin de dénoncer la censure exercée par Lacoste vis-à-vis Sansour, ce fut au tour du musée de mettre fin à sa collaboration avec Lacoste en plein milieu du concours.

plus de détails sur rue89


Eau de vie


illustration: Maxim Zukow


Amélie Nothomb / Amélie-san – 3ème partie


photo: (inconnu)

Depuis la parution en septembre 1992 d’ Hygiène de l’assassin , il n’y a pas de rentrée littéraire sans un roman d’Amélie Nothomb. Le Fait du prince est le 17e à paraître pour ce rendez-vous d’automne (2008). Droite, courtoise, dotée d’une diction et d’une clarté sidérantes, l’écrivain nous a accordé une interview.

propos recueillis par Marie-Françoise Leclère
adapté de l’article paru sur lepoint.fr

… suite de Amélie Nothomb / Amélie-san – 2ème partie (publiée hier) …

Le Point : Pourquoi aviez-vous choisi de faire des études de philologie ?
A. N. : Pour Nietzsche, qui était philologue de formation. C’est très prétentieux de dire ça, mais c’est un auteur qui a terriblement compté pour moi, qui m’a donné mon identité. J’ai commencé par Le Crépuscule des idoles et je suis tombée sur cette phrase : “À l’école de la guerre qu’est la vie, ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts.” Cette phrase a été un tel choc pour moi que j’ai lu toute l’oeuvre et opté pour la philologie, qui, en Belgique et en Allemagne, fait l’objet d’une agrégation particulière. En plus, ces études me convenaient parce que j’étais passionnée par le latin et le grec ancien. À 16 ans, je parlais latin.

Le Point : D’où venait ce goût ?
A. N. : Étant fille de diplomate, au fil des postes de mon père, au Bangladesh, en Asie du Sud-Est, je n’avais suivi que des cours par correspondance. J’avais donc pu choisir et approfondir mes matières favorites en toute liberté. Au risque d’apparaître comme une vieille réac, je suis consternée par la disparition de leur apprentissage dans les lycées et collèges. Pour moi, c’est une aberration. En tant qu’écrivain, je dois plus au grec ancien et au latin qu’à tout ce que j’ai pu étudier dans ma vie. C’est l’école par excellence de la syntaxe et de l’économie de langage. Les ruptures de construction, la concision, c’est là qu’on les apprend.


illustration: Charles Janus Monroe

Le Point : Quel était votre sujet de thèse ?
A. N. : Les intransivitations chez Bernanos, une insolence de ma part. Simplifions. J’appartiens à l’une des grandes familles politiques de Belgique qui a toujours incarné la droite catholique. À 17 ans, je débarque dans ce pays que je ne connais pas et j’ai un mouvement de recul quand je découvre mes vieilles tantes : je décide donc d’aller à l’université sans Dieu et non à l’université catholique. Ma famille est scandalisée et l’université sans Dieu aussi, qui se demande ce que je fais là. Pour comble, je choisis Bernanos comme sujet de thèse. Si je cherchais à avoir “le cul entre deux chaises”, je n’aurais pas pu trouver mieux. Moralité : j’ai été seule à un point extraordinaire pendant mes années d’université. Je ne voulais pas du tout être seule, je voulais avoir des amoureux, des copines, mais rien, rien. J’en ai amèrement souffert, mais grâce à ça, j’ai beaucoup travaillé.


photo: Studio Harcourt Paris

Le Point : Êtes-vous “sans Dieu” ?
A. N. : Oui, mais cela ne signifie pas que j’ai tranché la question.

Le Point : Pourquoi affectionnez-vous la forme du dialogue ?
A. N. : Parce que c’est elle qui est la plus proche de ma façon de penser : thèse-antithèse en permanence.

Le Point : Avez-vous été analysée ?
A. N. : Non. Dans mon cas, il y a trop de travail. Si je m’allonge sur le divan, je ne me relève plus.

Le Point : Dans Le Fait du prince , vous écrivez que “le temps ne doit pas être employé”…
A. N. : Parce que je suis contre une conception utilitaire du temps et de la vie en général. Rien ne me choque plus que de voir des écrivains vivre telle ou telle histoire, non dans le but de la vivre, mais dans le but de l’écrire. Bien sûr, il y a une influence inévitable de la vie sur l’écriture, mais le faire exprès, c’est carrément malhonnête, grossier, vulgaire. C’est comme vouloir préméditer une histoire d’amour.


source: bloguestv5.ca

Le Point : Quelle serait votre définition de la vie ?
A. N. : L’exploration des sensations. Sinon à quoi bon avoir un corps ? Par écrit, je fais la même chose.

Le Point : La nature est peu présente dans vos livres…
A. N. : … Mais quand elle l’est, elle y prend une place phénoménale. Cela se sent surtout dans mes livres japonais… Rilke a dit cette chose magnifique : “La nature nous donne l’exemple, parce que la nature va toujours au plus difficile.” J’y songe beaucoup. Au plus complexe de mes livres, il y a la nature, même si je n’en parle pas expressément. Le film que j’évoque dans Le Fait du prince (NDLR, page 118) existe : au moment de mourir au pôle Nord, une femme a filmé une immensité blanche sans contour. Je l’ai vu au Palais de Tokyo à Paris et il m’a bouleversée. Cette neige, ce blanc… j’ai cette théorie que le papier nous a été enseigné par la neige, que la trace dans la neige est la première écriture. Et puis, il y a la page blanche, l’idée de recommencer une vie…

n.b.: toutes les photographies ont été ajoutées à l’article original par citizen zoo

…suite de l’entrevue dans Amélie Nothomb / Amélie-san – 4ème partie…