mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

mort

“Dualité” | la vie… ou la mort ?


source: YouTube

Écrit, réalisé et produit par Danny Draper


Adieu, Ravi Shankar | शांति गुरु में आराम करो, अपनी आत्मा को अपनी नई यात्रा पर तेजी से हो सकता है.नमस्ते. (Rest in peace master, May your soul be speedy on its new journey. Namaste.)

ravi shankar
photo: (inconnu)

Le maître Indien du sitar, Ravi Shankar, qui a influencé de nombreux artistes occidentaux, dont les Beatles (par George Harrison) et les Rolling Stones (par Brian Jones), est décédé à l’âge de 92 ans en ce 12 décembre 2012.

@Brian Roylance
Ravi Shankar, le maître, et George Harrison, l’élève.

photo: Brian Roylance

Père de la chanteuse de jazz Norah Jones, Ravi Shankar est décédé dans un hôpital de San Diego (Californie) où il s’était rendu pour subir une opération chirurgicale.

Ravi Shankar, qui vivait en Californie, était né dans la ville sacrée de Bénarès, sur les bords du Gange, le 7 avril 1920. Il venait d’une famille de brahmanes, la plus haute caste dans la société hindoue.

shankar-harrison
Ravi Shankar et George Harrison

photo: (inconnu)

George Harrison, des Beatles, devint son élève dans les années 1960 et tous deux collaborèrent ensuite sur plusieurs projets, notamment lors d’un concert pour le Bangladesh en 1971.

texte adapté de l’Agence France-Presse


source: YouTube

Ravi Shankar au centre, accompagné d’un joueur de tabla (à gauche) et d’une femme jouant avec un tanpura, à droite.

Démonstration de l’art du sitar par Ravi Shankar dans le cadre du Dick Cavett Show. Une pièce musicale courte, pour l’occasion, les pièces jouées habituellement par le maître ayant facilement plus de 15 minutes.

On comprendra la complexité de jouer de cet instrument quand on sait que le sitar utilisé par Ravi Shankar comporte 20 cordes, réparties comme suit:
– 13 cordes sympathiques accordées selon les notes du râga.
– 4 cordes de jeu, dont 3 cordes de jeu (MA SA PA) accordées pour permettre le jeu sur trois octaves, et une quatrième qui permet des effets sur une quatrième octave basse (kharaj).
– 3 cordes de bourdon rythmique (cikârî).

source des infos techniques: Wikipédia

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
source: raincitymusic.com

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
source: raincitymusic.com


Vivre une autopsie


source: pkcts9.org

Quoique le texte suivant soit en anglais, qui sait lire cette langue trouvera un intérêt certain à la lecture de celui-ci dans lequel l’auteur énumère différentes mises en garde, conseils et impressions personnelles suite à une autopsie à laquelle il a assisté.

Abby Norman travaille au département des archives médicales dans un hôpital et s’est vu offrir cette opportunité unique, pour qui n’oeuvre pas dans ce domaine, d’assister à une autopsie. Comme il le dit dans son introduction, ce fut l’expérience la plus stimulante de sa vie, autant intellectuellement que spirituellement. Et au point 10, il ajoute que cette expérience vaut à elle seule 15 années d’études médicales.


source: pathology.iupui.edu

“I work in a hospital filing in the medical records department. Because I’m student-aged and am considerably curious and intelligent, I often strike up conversations with people in other departments. The short of it is, I wound up being offered an opportunity to observe an autopsy — every biology nerds dream, no? — and it was the most challenging experience, both academically and spiritually, of my life. Here are a few things I learned.”

Abby Norman

1. The first few minutes are going to be weird. No matter how chill you think you’re going to be upon walking into the morgue, the initial shock is going to send you into a very bizarre type of consciousness. Seeing someone in an open casket at a wake does not prepare you for the morbid imagery of the autopsy experience. You have to go into it knowing that, really, there’s no way to prepare, and you can’t be 100% sure of how you’ll react. The toughest med students often faint or puke in the first minute.

2. You very faint and/or puke. Don’t worry about what the pathologist thinks of you: they’ve seen it all. Part of the job is having students observe and they’ve seen everything. The best way to respect them — and the other people in the room with you (alive or not) — is to be aware of what’s going on in your body so that if you’re going to yak everywhere, you can quickly exit the room to the bathroom or, if you’re stubborn and won’t leave in time, at least find the nearest bin. Don’t puke in the sink, they’re going to use that to rinse body parts.

If you’re feeling faint, don’t psych yourself out: part of it is from the chemicals in the room and the fact that you’re probably wearing a surgical mask that makes it hard to breathe. If you can, sit down on a stool or chair for a few minutes while you adjust. If there are no options for seating (as was the case when I observed) position yourself with your back on the wall so that if you pass out you’re body will just sort of crumple to the corner and not get in anyone’s way. Seriously, fainting medical students can be extremely dangerous in a room filled with sharp tools and body fluids.


photo: Jon Christofersen

3. Take it easy before and after. I didn’t get a chance to prepare before the observation because autopsies occur infrequently at the hospital where I work, instead, I was called about five minutes before it started and had to run down to the morgue without much time to mentally prepare. In some ways, I think it ended up working to my advantage because I tend to over think things, but if you have advance notice of when you’ll be attending an observation, take the day before very slowly and try to chill as much as possible.

Eat a healthy — not heavy — breakfast. Don’t drink too much coffee, or take any stimulants. The adrenaline that will kick in naturally, because you’re a human being face-to-face with death, is going to be very intense. If you’re already hyped up when you go in, you’ll probably end up in an adrenal crisis by the end of the autopsy.

It’s also important you take good care of yourself after. You’ll be on a high for a few hours, and you may have trouble sleeping. Drink plenty of water, have a snack, do something to decompress. Write down what you remember in vivid detail for later reference — and then put on an episode of Community and hang out. If you feel anxious and unnerved, talk it out. You’re going to be processing it for a few days.

4. Ask questions, but don’t be chatty… or weird. The pathologist — and the body — are there to teach. If you have legitimate questions, ask them, but be as succinct as possible. The pathologist, no matter how skilled, is doing some serious multitasking. They’re trying to discern cause of death while keeping an eye on a room of wide-eyed people who are lobbing questions in their direction.

Be respectful, don’t crack jokes (leave that to the goofy assistant who “irrigates the entrails” — if they want to make a joke, let them, because that job must really, really suck), and don’t waste the pathologist’s time with obvious quandaries. If you have less specific questions, save them for the end. During the autopsy itself, keep your inquiries based on what’s happening right in front of you.


source: vifm.org

5. Yes, it’s as gross as you think. Your senses are going to get assaulted, even with full garb and a mask; autopsies are messy, and you never know what’s going to turn up once you get in there. The pathologist has no way of knowing — hence why the autopsy is being performed — so don’t assume that you’re going to see a bunch of normal organs. You might see tumor covered stomachs, black lungs, atrophied brains, and lots of blood, bile and poop.

Everything smells. The smell of blood is what you’d expect, but the viscera itself is more earthy, almost muddy. The bile from the gallbladder smells very sour and acidic, as you would expect, and that’s actually what bothered me the most. When they cut into it, prepare. The poop is actually not that bad — it’s not like you haven’t seen and smelled poop before. You’re also going to experience a lot of chemical scents, and frankly, the formaldehyde (preserving fluid) was what had me feeling light-headed.

6. The more organs that get removed, the easier it gets to watch. There’s a pretty standard sequence for removing innards: the ribcage is lifted off, lungs taken out, then heart, then liver-stomach-intestines, kidneys, gonads, etc. The more organs that are removed, the less you can look at the body on the slab as though it’s a person. Because you never forget, not even for a moment, that the cadaver in front of you was alive just a few days ago. But the more you look at it separately — “This is the heart, these are the lungs” — the more you can detach yourself from the personal element. And that is essential to the experience.

The pathologist has to detach in order to decimate a human being. The organs are not only removed, but cut up so they can look for abnormalities. By the end, everything is piecemeal and that’s a little bit disturbing. It’s probably helpful, then, that by the time the skull is ready to be sawed into for brain extraction, you’ve temporarily detached yourself from the spiritual element of things.


source: vifm.org

7. Watching the brain come out is an ordeal. This usually takes the longest, sometimes upwards of an hour. The hair and scalp are sliced through and the skin of the forehead (cut as far back as Zooey Deschanel’s bangs) is folded down over the face, while the back part is folded down toward the neck, exposing the skull. Think for a moment of how hard your skull has to be to protect your brain. You can’t just saw into a skull with a normal skill saw, you need serious power tools. And essentially, that’s exactly what happens.

There is an enormous, loudly whirring saw that the pathologist uses to cut off the top of the skull. She also may use a hammer to help the skull “pop” off, revealing the brain. Even once the bone is removed, there are still meniges to cut through, all the while being very mindful of the delicate tissue just below. The brain itself can only be examined minimally when it’s first removed; it will have to be soaked in preservation fluid for two weeks before it will be ready to section and examine more deeply.

It’s because of this that autopsy reports always include, “results pending”, because the brain takes the longest to examine, and many times that’s where the cause of death lies. So, the other organs are returned to the body before it’s sewn up so that the body is complete as possible for burial. The brain, however, is off to the lab.

8. You will never forget the name of the person, their story, and how they died. I won’t share the details with you, but I will never forget them.


source: cedars-sinai.edu

9. Your paradigm is going to shift, big time. In addition to having some foods suddenly look weirdly unappetizing and feeling like you have x-ray eyes and can perfectly imagine what everyone’s insides look like, you’re going to have some new feelings about life. Being right next to death, and seeing a person be reduced to a dilapidated pile of skin really changes your perspective on things.

You might really start thinking twice about all the shit you eat, or the packs of American Spirits you smoke per day. You might suddenly lose interest in binge drinking. You may decide that it really is time to lose that last ten pounds. You will likely be very grateful that you are young, healthy and full of happily functioning organs. You will also be quite pleased that you aren’t dead, because it’s actually quite a sad affair.

10. You will become highly critical of every autopsy scene in every television show, movie or instructional video. Suddenly you’re going to feel like you’re the fucking expert in forensic pathology, because you know, seeing one autopsy be performed is clearly the equivalent of 15 years of medical school. Crime shows will seem a little silly, the bloody bits fake and discolored. The squishy sounds will be overstated and comical.

You’ll even judge their tools, because every pathologist knows that “the single best way to remove the ribcage is with a set of hedge clippers from Home Depot.” Even though your hands never held a scalpel the entire time, you’ll never be able to watch CSI again without saying, ”Psh, they aren’t using a proper enterotome to cut through those intestines.”


source: vifm.org

source du texte: loki-loki-liesmith.tumblr.com


“La cabane du pêcheur” | Francis Cabrel


source: YouTube

Le soir tombait de tout son poids
Au dessus de la rivière
Je rangeais mes cannes
On ne voyait plus que du feu
Je l’ai vu s’approcher
La tête ailleurs dans ses prières
Il m’a semblé voir trop briller ses yeux

Je lui ai dit

Si tu pleures pour un garçon
Tu seras pas la dernière
Souvent, les poissons sont bien plus affectueux
Va faire un petit tour, respire le grand air !
Après, je te parlerai de l’amour
Si je me souviens un peu

Elle m’a dit

Elle a dit justement c’est ce que je voudrais savoir
Et j’ai dit viens t’asseoir dans la cabane du pêcheur
C’est un mauvais rêve, oublie-le !
Tes rêves sont toujours trop clairs ou trop noirs
Alors, viens faire toi-même le mélange des couleurs
Sur les murs de la cabane du pêcheur
Viens t’asseoir

Je lui ai dit

Le monde est pourtant pas si loin
On voit les lumières
Et la terre peut faire
Tous les bruits qu’elle veut
Y a sûrement quelqu’un qui écoute
Là-haut dans l’univers
Peut-être tu demandes plus qu’il ne peut ?

Elle m’a dit

Elle a dit justement c’est ce que je voudrais savoir
Et j’ai dit viens t’asseoir dans la cabane du pêcheur
C’est un mauvais rêve, oublie-le !
Tes rêves sont toujours trop clairs ou trop noirs
Alors, viens faire toi-même le mélange des couleurs
Sur les murs de la cabane du pêcheur
Viens t’asseoir

Elle m’a dit

Elle a dit finalement, je brûle de tout savoir
Et j’ai dit viens t’asseoir dans la cabane du pêcheur
Y a sûrement de la place pour deux !
Cette route ne mène nulle part
Alors… Viens faire toi-même le mélange des couleurs
Sur les murs de la cabane du pêcheur

On va comparer nos malheurs
Là, dans la cabane du pêcheur

Partager un peu de chaleur
Là, dans la cabane du pêcheur

Moi, j’attends que le monde soit meilleur
Là, dans la cabane du pêcheur

paroles et musique de Francis Cabrel

“La Cabane du pêcheur ne fut jamais un single. C’est une chanson qui ne ­raconte pas grand-chose, c’est le moins que l’on puisse dire. [ ] C’est l’histoire d’un gosse qui se souvient. Le message est, en gros, le suivant: «J’attends que le monde soit meilleur.» Ça ne mange pas de pain.

Voilà la philosophie du pêcheur, carte postale, un simple repli sur soi, une façon de dire, dixit le chanteur troubadour lymphatique, affectueusement surnommé par Jacques Dutronc «Trente-six 4L»: «Les bras m’en tombent». «Le pêcheur se dit: la vie passe, essayons de prendre du plaisir, de saisir l’amour parce que dehors tout me dépasse », avait-il déclaré au Figaro en avril 1994. Pas de prétention chez Cabrel.

La Cabane n’est pas une chanson intellectuelle. Une chanson toute candide, une chanson douce à la mélodie claire comme l’eau d’une rivière. «Une chanson anecdotique que l’on a envie de siffler», comme le précise Éric Jean-Jean, journaliste à RTL. Elle sent bon la truite et le goujon… Il fait partie de cette «génération désenchantée», comme le chantait Mylène Farmer, où le désir était de «déjeuner en paix», voir Stéphane Eicher. On visitait son passé tout simple: Mistral gagnant de Renaud.

Francis Cabrel le timide s’est retranché dans son petit village d’Astaffort de 2000 habitants aux confins du Lot-et-Garonne et du Gers, village réputé pour sa gastronomie. Deux restaurants étoilés au Michelin. Sur la place du village, sa sœur tient salon… de coiffure. Le chanteur, fan de Bob Dylan – il le découvrit à l’âge de 13 ans en écoutant Like a Rolling Stone , y fut non pas maire, comme on aime à le croire, mais conseiller municipal. La nature est son affaire.”

texte d’Anthony Palou
via lefigaro.fr

J’offre ce baume au coeur à Marie.


“L’escalier” | Paul Piché


source: YouTube

Juste avant d’fermer la porte
J’me d’mandais c’que j’oubliais
J’ai touché à toutes mes poches
Pour comprendre que c’qui m’manquait
C’était ni ma guitare
Ni un quelconque médicament
Pour soulager quelque souffrance
Ou pour faire passer le temps
Pis tout au long de l’escalier
Que j’ai descendu lentement
Parce que sans raison j’aurais r’monté
Parce que sans raison j’allais devant
J’étais tout à l’envers
Parce que c’qui m’manquait
C’t’ait par en-dedans
J’me sentais seul comme une rivière
Abandonnée par des enfants

Et pis le temps prenait son temps
Prenait le mien sur son chemin
Sans s’arrêter, sans m’oublier
Sans oublier de m’essouffler
Y’a pas longtemps j’étais petit
Me voilà jeune et plutôt grand
Assez pour voir que l’on vieillit
Même en amour, même au printemps
Alors voilà je me décris
Dans une drôle de position
Les yeux pochés et le bedon
La bière sera pas la solution
J’aimerais plutôt que cette chanson
Puisque c’est de ma vie qu’il est question
Finisse un soir dans ma maison
Sur un bel air d’accordéon

Pis les enfants c’est pas vraiment vraiment méchant
Ça peut mal faire ou faire mal de temps en temps
Ça peut cracher, ça peut mentir, ça peut voler
Au fond, ça peut faire tout c’qu’on leur apprend

Mais une belle fin à cette chanson
M’impose de dire c’que j’aurais dit
Si j’avais pas changé d’avis
Sur le pourquoi de mes ennuis
Ben oui, j’allais pour me sauver
Vous dire comment faut être indépendant
Des sentiments de ceux qu’on aime
Pour sauver l’monde et ses problèmes
Qu’il fallait surtout pas pleurer
Qu’à l’autre chanson j’m’étais trompé
Comme si l’amour pouvait m’empêcher
D’donner mon temps aux pauvres gens
Mais les héros c’est pas gratis
Ça s’trompe jamais, c’t’indépendant
La gloire paye pour les sacrifices
Le pouvoir soulage leurs tourments

Ben oui, c’est vous qui auriez pleuré
Avec c’que j’aurais composé
C’est une manière de s’faire aimer
Quand ceux qu’on aime veulent pas marcher
J’les ai boudés, y ont pas mordu
J’les ai quittés, y ont pas bougé
J’me sus fait peur, j’me sus tordu
Quand j’ai compris ben chu r’venu

J’les ai boudés, y ont pas mordu
J’les ai quittés, y ont pas bougé
J’me sus fait peur, j’me sus tordu
Quand j’ai compris ben chu r’venu
Quand j’ai compris que j’faisais
Un très très grand détour
Pour aboutir seul dans un escalier
J’vous apprends rien quand j’dis
Qu’on est rien sans amour
Pour aider l’monde faut savoir être aimé
J’vous apprends rien quand j’dis
Qu’on est rien sans amour
Pour aider l’monde faut savoir être aimé

paroles et musique de Paul Piché

J’offre ce baume au coeur à Marie.


Se souvenir


photo: (inconnu)


Le gouvernement du Québec attend-il qu’il y ait des morts avant de solutionner le conflit étudiant ?


Francis Grenier, étudiant gravement blessé par une grenade assourdissante lancée par un policier qui aurait explosé tout près de son visage. Le choc a été violent et le sang a giclé.

Deux mois plus tard, il ne distingue que des taches et des couleurs. «Je ne peux pas lire plus de quelques lignes avant d’avoir des maux de tête, dit-il. Une page et j’ai des nausées.» Le jeune homme, qui souhaite devenir artiste visuel, craint de devoir abandonner son rêve.

source: httpfiles.gestionradioqc.com
texte adapté de lapresse.ca

———————————————————-


“Bâton cinétique”, communément appelé “balle de caoutchouc”

source: lapresse.ca


Une étudiante, Dominique Laliberté, vient d’être blessée par un bâton cinétique lancé par un policier.

photo: (inconnu)


Dominique Laliberté (et son ami Pierre Léveillé), attend des secours qui seront longs à venir.

photo: Carl Lapriz


source: YouTube

Une vidéo montrant la longue attente avant que Dominique Laliberté reçoive des soins.


Résultats de l’impact du bâton cinétique: une multiple fracture de la mâchoire et plusieurs dents perdues. L’étudiante a subi une intervention chirurgicale afin de lui fixer des plaques et des vis sur la zone blessée. Elle devra aussi se faire poser des implants dentaires afin de remplacer les dents qu’elle a perdues. Une facture de 10 000 $ au bas mot.

photo: Patrice Laroche
texte adapté de lapresse.ca

———————————————————-


Alexandre Allard a subi un traumatisme crânien léger, une fracture au visage, une fracture au crâne et une contusion cérébrale. Suite à ces blessures, il a été entre la vie et la mort pendant les heures qui ont suivi l’incident.
Il n’est pas encore possible à ce jour de connaître la nature exacte du projectile qu’il a reçu à la tête. Il pourrait s’agir d’une boule de billard, d’un morceau d’asphalte ou d’une balle de caoutchouc lancée par un policier.

photo: Marie-Eve Doré
texte adapté de flutrackers.com

————————————————

Maxence L. Valade, un étudiant qui, après avoir été atteint d’un projectile, s’est retrouvé avec des fractures importantes aux os du visage et au crâne, une commotion cérébrale et un hématome, en plus d’avoir perdu l’usage d’un oeil.
Maxence est ici traité par les ambulanciers avant son transport à l’hôpital.

photo: Michel Desbiens
texte adapté de lapresse.ca


The scream of the butterfly


photo: Hollows


Before I sink into the big sleep
I want to hear
I want to hear
The scream of the butterfly

Jim Morrison / The Doors
“When the music’s over”