mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

Nina Berman

100,000 fois merci

balloons
photo: Jakob E

Merci de vos plus de 100,000 visites, merci de ces plus de 100,000 fois où vous êtes venus prendre connaissance sur citizen zoo de ma vision du monde. Il m’a fait plaisir de partager celle-ci avec vous depuis le mois de février dernier, comme il me fera plaisir de continuer à le faire en conservant cette approche qui semble plaire à de plus en plus de visiteurs.

Pour la petite histoire, citizen zoo a eu un ancêtre du nom de tokyofan (qui n’existe toutefois plus) dont peut-être certains d’entre vous ont souvenir:

10187262

”Quelqu’un rêve ce monde et nous croyons qu’il existe vraiment.”

Bernard Werber

C’est pendant cette période que l’idée de citizen zoo a germé, c’est-à-dire l’idée d’un blog plus engagé, avec une ligne éditoriale claire: dénoncer la violence, la guerre, montrer les abus de l’être humain avec l’espoir de ne plus avoir à les montrer parce qu’il n’y en aura plus un jour. Utopie? Douce utopie, s’il en est. L’espoir d’un monde meilleur où la démocratie fera taire tous les totalitarismes, tous les dictateurs de ce monde, tous les abuseurs, étatiques, corporatifs ou individuels.

Il vient toujours un moment où les mots ne suffisent plus à décrire une réalité ou la réalité elle-même; un moment où l’image doit imposer sa force de choc pour pouvoir éveiller les consciences au-delà des mots, là où les mots deviennent inutiles, où nous restons bouche bée, nous disant en nous-mêmes: ”Non, ce n’est pas possible. Cela ne peut pas être.” Alors que l’image est là pour nous prouver que nous ne faisons pas un cauchemar.

Mais il est de ces mauvais rêves qui nous marquent plus que d’autres. De ces quelques huit mois de citizen zoo, je retiens ces quelques images qui m’ont particulièrement marqué par leur force et leur impact. Je vous avoue avoir d’abord hésité à les publier, elles et quelques autres, mais surtout celles-ci, tant elles m’ont ébranlé:

RWANDA

unforgettable-photos-17-custom
photo: James Nachtwey

Un survivant du génocide qui a eu lieu au Rwanda en 1994. Frappé à coup de machettes, cet homme fut laissé pour mort. Mais il survécut. Ses cicatrices témoignent de l’horreur qui a hanté ce pays pendant des mois.

lien sur citizen zoo: Génocide au Rwanda: un survivant

SOUDAN

Soudan 1993 James Natchwey
photo: James Nachtwey

Au Soudan, en 1993, la famine sévissait. Comme elle avait sévit auparavant et comme elle continua de le faire dans les années subséquentes. Cet homme est le portrait vivant de cette situation inhumaine.

lien sur citizen zoo: Soudan, 1993, la famine sévit

TCHERNOBYL

chernobyl-child-swollen-legs-feet
photo: Julien Behal

L’accident nucléaire de Tchernobyl a été une véritable catastrophe pour un nombre incalculable de gens, adultes et enfants, avec ses cancers, ses déformations, ses mutations génétiques, ses morts, ses malades et ses blessés. Il est inutile d’épiloguer sur l’enfant que l’on voit sur cette photo, celle-ci parlant d’elle-même. Je vous réfère à ce que j’ai publié sur ce sujet:

lien sur citizen zoo: Les lendemains de Tchernobyl

lien sur citizen zoo: Les enfants de Tchernobyl

IRAK

IraqWar27
photo: (inconnu)

Là où mène la folie de l’endoctrinement: mourir dans une violence extrême en essayant d’emmener avec soi le plus de gens possible, avec la même violence. Les survivants, eux, se retrouvent handicapés à vie. Que des perdants par le geste d’un désespéré.

lien sur citizen zoo: Profession: kamikaze

lien sur citizen zoo: Une mission ratée

lien sur citizen zoo: Fin d’un kamikaze

IRAK

PHOTO RETIRÉE À LA DEMANDE DE L’AUTEUR

photo: Nina Berman

Tye Ziegler et Renee Kline se marient au retour de Tye d’un ”séjour” en Irak. ”Engagez-vous”, qu’ils disaient. Il s’est engagé, donc…jusqu’à ce qu’il se retrouve sur le chemin d’une mine…

lien sur citizen zoo: ”Wounded U.S. Marine Returns Home From Iraq to Marry”


”Wounded U.S. Marine Returns Home From Iraq to Marry”

(photographie retirée à la demande de l’auteur / 19 février 2010)

photo: Nina Berman

(photographie retirée à la demande de l’auteur / 19 février 2010)

Tye Ziegler et Renee Kline avant le départ de Tye pour l’Irak.
photo: Nina Berman

(photographie retirée à la demande de l’auteur / 19 février 2010)

Au retour d’Irak de Tye, il épouse Renee. L’expression de leurs visages laisse croire que le bonheur est absent à ce moment, mais les photos ci-bas nous donnent un autre point de vue.
photo: Nina Berman

(photographie retirée à la demande de l’auteur / 19 février 2010)

Les nouveaux mariés s’enlacent pendant la réception.
photo: Nina Berman

Un couple heureux, malgré tout, qui envisage d’avoir des enfants dès que possible.

March 10, 2007 | One of the most iconic images of the Iraq war was taken by Nina Berman in a commercial portrait studio in small-town Illinois. You’ve probably seen the photograph. A young couple stands side by side facing the camera. There are all the usual accouterments: the frosted, school-photo backdrop, the red bouquet precisely matched to the red trim on the bride’s white gown. The groom wears a decorated dress uniform. It could be any couple in any town — except that the groom’s features have literally been melted off. He has no nose, no chin, no ears and no hair. His head appears to attach directly to his shoulders, and his face is so badly burned that it’s a struggle to decipher his expression.

source: salon.com