mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

peinture

Foultitude


peinture: Dan Witz


Absence


peinture: Catherine Winandy


“When the wind is blowing” aka “Two fingers” | Paul McCartney


Le Vieux guitariste
Pablo Picasso
1903

source: (inconnue)


source: YouTube


source: YouTube

C’est à la naissance de sa fille Mary, en 1969, que Paul McCartney a composé cette mélodie, inspiré par une reproduction de la toile de Picasso “Le Vieux guitariste”.


source: YouTube

En 2008, un internaute surnommé yaronam a repris la mélodie de McCartney, en a fait un nouvel arrangement et y a ajouté des paroles afin d’en faire une chanson plus complète. Voici le résultat.

Et voici ce que yaronam dit de son travail:

“The first time I heard the song was when McCartney played bits of it on the “Parkinson” BBC TV Show a while ago. The thing is, he uses only 2 fingers for the chords, thus the name “two fingers”.
I did it as well on the bridge part.
I played around with it,changed it a bit, arranged it differently, added words (it didn’t have any clear words even on his unreleased song “When the wind is blowing”) I added a bridge part,and that’s about it.
I’m playing a Takamine 12 string guitar F400 model from way back in the early 80’s.
I have no commercial intention,
it’s just played for fun.
I wish Paul would listen to this,
and tell me what he thinks. But that’s just a silly dream.
Anyway, Here are the lyrics:

Waiting, I’ll be seeing her inside the empty fair,
Rusty ferris wheel, Dusty teddy bears

No Sideshows, the roller coaster sleeps Beneath a yellow sky,
And I’m still Hoping my love will drop by

Baby, don’t let me down
Hurry, don’t stand around
I’m sitting here, no circus in town

Waiting, waiting for my love

Who sighs? it’s just the whispering wind that’s Passing by,
Who cries? It’s just the sand in my eyes, that makes the tears Fall down, my dear,
but Never mind, you know I’ll still be here
Never mind, you know I’ll still be here
Never mind you know I’ll still be…(waiting)

Waiting for the only one
That I am thinking of
Waiting, waiting for my love

Baby, don’t let me down
Hurry, don’t wait around
I’m sitting here, no circus in town

Waiting, waiting for my love


Les ballons bleus


peinture: (inconnu)


Urbanitude


peinture: Dan Witz


Le passage


photo: Alberto Pellaschiar


Esref Armagan | le peintre de la nuit


photo: (inconnu)

Esref Armagan est peintre. Peintre et aveugle. Ou: peintre, mais aveugle. Esref Armagan est un Turc qui a vécu son enfance au sein d’une famille pauvre. Il a développé une passion pour la peinture, sans cependant prendre aucun cours. Au fil des années, son style s’est affiné et il arrive à distinguer les couleurs et à les faire cohabiter de manière très homogène. De la nuit qui l’enveloppe, voici quelques exemples des formes et couleurs qu’il réussit à en sentir et à mettre sur toile.

|

|

|

|

Les toiles présentées ici sont toutes d’Esref Armagan.


photo: (inconnu)

site web d’Esref Armagan ici
Esref Armagan ailleurs sur citizen zoo: ici


Dali, Gala et Lincoln


“Gala nue regardant la mer qui à 18 mètres apparaît le president Lincoln”
Salvador Dali, 1975

source: doubletakeart.com

Vous voyez la femme de Salvador Dali, Gala, de dos et nue ? Maintenant, reculez de votre écran afin de découvrir le visage d’Abraham Lincoln. C’est un des tours de magie picturale dont Dali a aimé nous délecter ! Votre résolution d’écran devrait vous permettre de bien distinguer le visage, mais si vous désirez voir plus de détails de cette peinture, vous pouvez cliquer dessus afin de l’agrandir. Par contre, plus vous l’agrandirez, plus il vous faudra vous éloigner de l’écran afin de distinguer le visage de Lincoln.


photo: (inconnu)

Cette photo a été prise au Théâtre-Musée Dalí, le plus grand des objets surréalistes du monde, installé dans une construction du XIXème siècle qui fut l’ancien Théâtre Municipal, détruit à la fin de la guerre civile espagnole. C’est sur ses ruines que Salvador Dalí décida de construire son musée. Sa peinture de Gala/Lincoln y est en évidence et sa situation sur un mur extérieur permet d’en admirer le rendu à bonne distance.

un lien: Le Théâtre-Musée Dalí