mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

soleil

Quand le soleil s’éclipse


photo: Luc Viatour

Éclipse solaire de 1999.

Advertisements

Soleil de minuit


photo: Anda Bereczky


Le Soleil, source de vie


photo: NASA


Le Soleil est jaune, dites-vous?

latest_eit_171
photo: (inconnu)

latest_eit_195
photo: (inconnu)

latest_eit_284
photo: (inconnu)

latest_eit_304
photo: (inconnu)

Ces photographies sont obtenues en utilisant des films différents. La lumière, qui représente l’élément clé de la photographie, constitue en fait la partie visible à l’œil humain d’un spectre étendu de radiations électromagnétiques, comprenant également les rayons gamma, les rayons X et les ultraviolets d’une part, et les rayons infrarouges et les ondes radio d’autre part. L’œil humain ne perçoit, en effet, qu’une gamme restreinte des radiations de ce spectre, correspondant aux longueurs d’onde comprises entre le bleu et le rouge.

spectre
diagramme: (inconnu)

Les films photographiques se différencient par la façon dont ils réagissent à ces différentes longueurs d’onde et c’est ainsi que nous obtenons ces photographies de couleurs inhabituelles de cet astre que nous pensons pourtant si bien connaître.

adapté de: fr.encarta.msn.com

soleil_x
photo: (inconnu)

Ce ne sont pas des flammes que l’on voit s’échapper ici du Soleil. Ce sont plutôt des jets de plasma.

La matière se révèle à nous sous quatre formes: elle peut être solide (la glace), liquide (l’eau) ou gazeuse (la vapeur). Le quatrième état nous est moins familier: c’est l’état de plasma. Les atomes qui composent la matière possèdent une charge électrique considérable. Comparé à un écran de télévision au plasma, lorsque l’on observe la partie visible du Soleil, c’est comme si l’on observait l’écran au plasma du Soleil. On y voit le Soleil bouillir comme du gruau. Des bulles éclatent, de la matière est éjectée.

Le Soleil est donc une grosse boule de gaz extrêmement chaud. La température que l’on mesure sur la partie visible atteint 6000° C. Sur Terre, nous ne pouvons rien faire brûler pour atteindre une telle température. Il n’y a qu’une façon d’obtenir une température aussi élevée: il faut faire entrer en collisions, à très haute vitesse, des particules atomiques. Ce que nous pouvons faire seulement à l’intérieur d’un accélérateur de particules. La collision y produit alors de la chaleur et de la lumière.

Au centre du Soleil explose l’équivalent de milliers de bombes thermonucléaires. Et ce n’est que grâce à ces explosions que notre planète baigne dans la lumière et la chaleur.

adapté de: blogue.sciencepresse.qc.ca