mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

Talibans

Une arme d’éducation massive


caricature: Nick Anderson

merci à sergeantpepper.net pour l’info


Sharbat Gula | portrait


photo: Steve McCurry

La photographie ci-haut est devenue célèbre du jour au lendemain lorsqu’elle fut publiée en couverture du numéro de juin 1985 du National Geographic Magazine. Et son histoire est presqu’aussi célèbre…

Pendant l’invasion soviétique de l’Afghanistan (1979-1989), cette jeune fille devint orpheline et s’enfuit vers le camp de réfugiés de Nasir Bagh (Pakistan). C’est là que le photographe Steve McCurry l’a découverte en décembre 1984, dans l’école du camp, et photographiée. Elle avait alors environ 12 ans. A ce moment, McCurry ne connaissait toutefois pas son nom et la photographie fut publiée en la désignant comme “The Afghan Girl”. Jusque là, donc, rien de bien spécial que la beauté de l’adolescente et de la photo.


source: National Geographic Magazine

Là où l’histoire prend une toute autre dimension, c’est lorsque McCurry décide de retrouver la jeune fille suite à la notoriété acquise par la photographie. Des tentatives effectuées dans les années  1990 se sont révélées infructueuses, les Talibans étant alors au pouvoir en Afghanistan et les représentants des médias n’y étant pas les bienvenus.


photo: Steve McCurry


autoportrait: Steve McCurry


photo: (inconnu)

Mais en 2002, moins d’un an après l’invasion américaine du pays et une fois les Talibans délogés du pouvoir, McCurry reprend ses recherches à la tête d’une équipe du National Geographic. Il retrouve finalement la jeune fille devenue une femme dans la région montagneuse de Tora Bora en Afghanistan, sa région natale, alors qu’elle est âgée d’environ 30 ans. Et apprend son nom: Sharbat Gula.

En collaboration avec Thomas Musheno et John Daugman (voir sous les photos ci-bas), son identité fut confirmée avec certitude grâce à la biométrie alors qu’une comparaison positive de l’iris des yeux fut effectuée entre ceux de la photo de McCurry et ceux de la femme retrouvée.


photo: Alexandra Boulat

John Daugman, l’inventeur de la technique de reconnaissance biométrique par l’iris, une méthode encore plus précise que la reconnaissance par les empreintes digitales.


photo: Mark Thiessen

Thomas Musheno, examinateur médico-légal travaillant au bureau du FBI à Washington, a participé à l’identification positive de Sharbat Gula par la méthode biométrique.

Sharbat Gula se souvenait très bien avoir été photographiée par McCurry puisqu’elle n’avait été photographiée que trois fois durant sa vie. Toutefois, elle n’avait jamais vu la photo de McCurry jusqu’à ce qu’on la lui montrât en janvier 2002. Une session de photos fut alors faite avec Sharbat par Steve McCurry et fit l’objet d’une parution dans le numéro d’avril 2002 du National Geographic Magazine afin d’y raconter l’histoire de cette quête et de ces retrouvailles.


source: National Geographic Magazine


photo: Steve McCurry


source: National Geographic Magazine

article de juin 1985 du National Geographic Magazine
article d’avril 2002 du National Geographic Magazine


Irak et Afghanistan | de quelques faits de guerre…


source: YouTube


source: YouTube


source: YouTube


source: YouTube


source: YouTube


L’art de recruter un enfant kamikaze


photo: Kamran Jebreili

Les Talibans ont donné deux choix à Noor Mohammad : être accusé de vol et se faire amputer la main, plongeant sa famille dans la honte, ou accepter de devenir un kamikaze et faire la fierté de ses proches.

Le quotidien britannique The Guardian revient aujourd’hui sur les tactiques employées par les Talibans pour recruter des enfants kamikazes, de plus en plus privilégiés par les Talibans parce qu’ils suscitent moins de soupçons chez les autorités et ont ainsi plus de chances de mener à bien leurs missions suicides.

D’autres enfants, arrêtés à temps, ont aussi avoué avoir agi en échange d’argent, pour aider leur famille. Et, plus surprenant encore, d’autres le feraient pour la gloire : être kamikaze revêt maintenant un certain côté glamour, comme en témoigne une vidéo postée sur YouTube et sur laquelle on voit des enfants «jouer à l’attentat suicide».

source: cyberpresse.ca

guardian.co.uk : Groomed for suicide: how Taliban recruits children for mass murder


Attentat à Peshawar (Pakistan)


photo: (inconnu)

Ce qui reste du Pearl Continental Hotel après une attaque des Talibans.


L’OTAN attaque dans le Kunduz (Afghanistan)

Afghanistan
photo: Manish Swarup

Afghanistan
photo: Manish Swarup

Le 5 septembre dernier, les forces de l’OTAN ont lancé un raid aérien contre le village afghan de Haji Aman (province du Kunduz) où se trouvaient deux camions citernes volés peu auparavant par des Talibans sur l’autoroute Kunduz-Baghlan.

Après leur vol, ces Talibans avaient invité les villageois à faire gratuitement le ”plein d’essence”. Ce que ceux-ci faisaient au moment de l’attaque aérienne, alors que les Talibans avaient déjà quitté les lieux… Les villageois parlent d’environ 120 morts et un nombre indéterminé de blessés. Le nombre exact de ceux-ci est difficile à établir car plusieurs provenaient de villages des alentours.

Les mêmes villageois disent également que les pilotes qui les ont attaqués ont utilisé des bombes au phosphore (à ce sujet, je vous reporte au billet que j’ai déjà publié ici). Plusieurs personnes ont été réduites en cendres alors que d’autres sont devenus méconnaissables tant ils sont brûlés.

Ci-dessous, une fosse commune dans laquelle les Afghans ont commencé à enterrer leurs morts:

pic.php2
photo: (inconnu)