mon regard sur notre monde / pour des éléments d'exploration, d'information et de réflexion

documentaire

Gerald face à sa mort


photo: (inconnu)

La mort est l’état définitif d’un organisme biologique qui cesse de vivre. Chez les organismes vivants, elle se caractérise par un arrêt irréversible des fonctions vitales (nutrition, respiration…), nécessaires au maintien de l’intégrité de l’organisme. L’Organisation mondiale de la santé animale considère la mort comme « la disparition irréversible de l’activité cérébrale mise en évidence par la perte des réflexes du tronc cérébral ». La mort peut être vue comme la fin de la vie par opposition à la naissance, ou comme l’absence de vie.

La haute teneur symbolique de la mort et la forte charge affective liée au décès d’êtres humains ont façonné l’imaginaire des Hommes qui ont créé un personnage, la Mort, qui vient chercher les gens au terme de leur vie.


dessin: Scott ?

Deux représentations symboliques se démarquent : la douce et l’austère. La première se réfère à la douce mort qui libère des souffrances infinies auxquelles la vie nous oblige. La deuxième vient souligner le côté cruel, froid et irrémédiable qu’elle peut prendre lorsque les proches du défunt le pleurent.

extrait de: Wikipédia / Mort


photo: BBC

Gerald, 84 ans, était atteint d’un cancer des poumons et du foie, en plus de souffrir d’anémie. Un de ses derniers voeux avant de mourir était qu’on le filme dans ses derniers instants de vie. C’est ce que BBC One a fait et présenté à la télévision britannique dans le cadre de son émission intitulée “Inside the human body”. Nous sommes ici témoins des pensées de fin de vie que Gerald a voulu partager avec ceux qui verraient ces images, avec sa famille, avec nous.

Nous voyons ici un homme digne, humble et courageux, qui aime sa femme et sa famille. Nous le suivons avec émotion dans ses derniers moments de vie, jusqu’à son dernier souffle, puisque tel était son désir et le legs qu’il voulait laisser à ses frères humains.

AVERTISSEMENT
Si vous n’êtes pas préparé à voir la mort d’un homme, il serait peut-être mieux que vous vous absteniez de regarder cette vidéo, elle ne pourrait que vous perturber. D’autres, par contre, disent sortir grandis de cette expérience. Je vous laisse donc juge de vos capacités émotives…


source: YouTube

Advertisements

Une visite à Tchernobyl


source: YouTube


Mélancolique Liverpool


photo tirée du documentaire de Terence Davies, “Of Time and the City”


Masters of war



photo: (inconnu)

Avant de se lancer en politique, Robert McNamara a brièvement été le premier président de la Ford Motor Company à ne pas être un membre de la famille Ford. Il a par la suite été secrétaire à la Défense du gouvernement des États-Unis de 1961 à 1968 pendant les présidences de John F. Kennedy et de Lyndon B. Johnson. Il a été l’architecte de la guerre du Vietnam. Il a quitté son poste à la suite d’un différent avec Johnson sur le déroulement du conflit pour occuper la présidence de la Banque mondiale jusqu’en 1981.

Il a par la suite admis dans un de ses ouvrages que la guerre du Vietnam avait été une erreur. Le film documentaire “The fog of war”, qui lui a été consacré en 2003, a obtenu l’Oscar du meilleur documentaire.

Masters of war

”Come you masters of war
You that build all the guns
You that build the death planes
You that build the big bombs
You that hide behind walls
You that hide behind desks
I just want you to know
I can see through your masks

You that never done nothin’
But build to destroy
You play with my world
Like it’s your little toy
You put a gun in my hand
And you hide from my eyes
And you turn and run farther
When the fast bullets fly

Like Judas of old
You lie and deceive
A world war can be won
You want me to believe
But I see through your eyes
And I see through your brain
Like I see through the water
That runs down my drain

You fasten the triggers
For the others to fire
Then you set back and watch
When the death count gets higher
You hide in your mansion
As young people’s blood
Flows out of their bodies
And is buried in the mud

You’ve thrown the worst fear
That can ever be hurled
Fear to bring children
Into the world
For threatening my baby
Unborn and unnamed
You ain’t worth the blood
That runs in your veins

How much do I know
To talk out of turn
You might say that I’m young
You might say I’m unlearned
But there’s one thing I know
Though I’m younger than you
Even Jesus would never
Forgive what you do

Let me ask you one question
Is your money that good
Will it buy you forgiveness
Do you think that it could
I think you will find
When your death takes its toll
All the money you made
Will never buy back your soul

And I hope that you die
And your death’ll come soon
I will follow your casket
In the pale afternoon
And I’ll watch while you’re lowered
Down to your deathbed
And I’ll stand o’er your grave
‘Til I’m sure that you’re dead”

”Masters of war”
Bob Dylan, 1963

Robert McNamara dans Wikipédia en français ici et en anglais ici


Pompiers au travail au Koweit – 2

waterim9
photo: (inconnu)

Après avoir envahi le Koweit en août 1990, les soldats irakiens de Saddam Hussein battent en retraite 6 mois plus tard lorsque les troupes alliées arrivent sur place. Mais non sans mettre le feu à plus de 600 puits de pétrole koweitiens que les pompiers occidentaux mettront 10 mois avant de pouvoir tous les éteindre. Mais auparavant, il aura fallu déminer alentour des puits car les Irakiens avaient entouré ceux-ci de mines.

6 millions de barils de pétrole furent perdus chaque jour sans compter les 6 à 8 millions de barils que les Irakiens ont jetés dans le Golfe persique et qui a provoqué la plus grosse marée noire jamais connue. Ce fut une catastrophe économique et écologique sans précédent.


source: imax.com

Un excellent documentaire de 36 minutes sur les efforts déployés par différents pays pour éteindre les feux koweitiens. Le son (bruit du feu) est particulièrement impressionnant. À voir…et à entendre.


Pompiers au travail au Koweit – 1

divers-28-full
source: 3ppp.org

Après avoir envahi le Koweit en août 1990, les soldats irakiens de Saddam Hussein battent en retraite 6 mois plus tard lorsque les troupes alliées arrivent sur place. Mais non sans mettre le feu à plus de 600 puits de pétrole koweitiens que les pompiers occidentaux mettront 10 mois avant de pouvoir tous les éteindre. Mais auparavant, il aura fallu déminer alentour des puits car les Irakiens avaient entouré ceux-ci de mines.

6 millions de barils de pétrole furent perdus chaque jour sans compter les 6 à 8 millions de barils que les Irakiens ont jetés dans le Golfe persique et qui a provoqué la plus grosse marée noire jamais connue. Ce fut une catastrophe économique et écologique sans précédent.

source: imax.com

Un excellent documentaire de 36 minutes sur les efforts déployés par différents pays pour éteindre les feux koweitiens. Le son (bruit du feu) est particulièrement impressionnant. À voir…et à entendre.